France-Echos recherche des rédacteurs. N'hésitez pas à nous contacter si vous êtes intéressés. Merci accueil
qui sommes-nous | charte | contact
agenda | forum | chat |  Téléphone Rouge
groupes régionaux | livre d'or | liens
   Actualités   
   Services   
   Partenaires   
   Editorial   

Bienvenue sur france-echos.com !

Un site de plus dans le paysage virtuel français, pour quoi faire ? Notre but est d'apporter une information de terrain sur des problèmes graves que connaît notre société, et qui sont sciemment occultés par les médias et les décideurs actuels. Cette information, c'est la vôtre, c'est votre vécu quotidien face à ces problèmes. Ce site ne veut pas être un espace de réflexion ou de lamentation supplémentaire, ni la courroie de transmission d'un groupe politique ou idéologique. Nous voulons informer les Français et les Françaises sur les mille et un faits divers que connaissent les Français d'en bas et qui empoisonnent leur vie quotidienne. Ce site est fait par vous et pour vous.

Notre objectif

Nous sommes une équipe d'internautes, venant d'horizons divers, qui avons pris conscience de graves dérives dans l'information du peuple de France.

Chaque jour, des dizaines de délits et crimes montrent une véritable intifada dans nos banlieues, dans nos villes, et même dans nos campagnes. Ces événements ne dépassent généralement pas le stade de la presse régionale, où ils sont éparpillés dans les rubriques de faits divers. La plupart du temps, les origines ethniques et idéologiques de ces actions sont masquées. Il n'y a pas d'analyse d'ensemble de ce phénomène. On se contente de traiter ces événements comme une délinquance normale, alors qu'ils traduisent de graves phénomènes de société, alliant un mépris total de la vie humaine et une volonté d'établir des zones de non-droit.

Chaque jour, sous prétexte de respecter la liberté religieuse, nous assistons à une islamisation de notre cadre de vie, de nos principes et de nos usages. Voile islamique, ségrégation sexiste dans les lieux publics, agression de maghrébins considérés comme mécréants, contestation des programmes scolaires, endoctrinement dans les cités. On détruit un centre social, on agresse une personne parce qu'elle est juive ou qu'elle porte une croix, on crie Allah Akbar dans les prétoires, le tout avec une revendication communautariste et totalitaire. Là encore, on traite chacune de ces actions d'entrisme et de jihad organisés par des réseaux complexes comme des problèmes individuels, on minimise les faits, on qualifie leurs auteurs de dérangement mental, on masque les revendications idéologiques.

Chaque jour nous accueillons, contre notre gré, des centaines d'immigrants officiels ou clandestins. Cette invasion insidieuse concerne de personnes qui sont complètement étrangères à notre culture et à nos valeurs et qui veulent profiter de notre système social sans rien apporter en échange. Bien au contraire, ils font augmenter dangereusement les populations délinquantes et islamisantes, et gênent l'intégration de ceux qui le souhaitent. Par le jeu de régularisation et de naturalisation, cette population atteint, dans de nombreux endroits, un seuil qui ne permet plus une assimilation correcte. Les services publics sont submergés, les écoles ne peuvent plus fonctionner normalement et remplir leur rôle de formation de citoyens responsables.

Ces trois dangers, intifada, islamisation et invasion, sont soigneusement cachés au peuple de France par l'organisation d'un véritable terrorisme intellectuel. Des organismes prétendument antiracistes ou humanitaires, alliées objectifs ou conscients de groupes islamistes et de nostalgiques de totalitarismes extrêmes, tiennent un discours fallacieux sur tous ceux qui veulent dénoncer ou résister à ces dangers. On assimile dans une phraséologie mensongère toute critique et toute prise de conscience au racisme le plus vil. On applique une reductio ad hitlerium à d'honnêtes citoyens de tous bords, quand on ne lance pas de véritables appels au lynchage médiatique et politique.

Face à tout cela, on observe une démission politique et médiatique généralisée. Des élus tentent d'acheter auprès des délinquants et des islamistes une improbable paix sociale, aux frais du contribuable. On donne des statistiques de délinquance qui n'ont aucun caractère d'objectivité ou d'exhaustivité. On invite sous les lambris de la République des groupes islamistes d'origine étrangère et on leur donne un statut officiel. On pourchasse, au nom d'une prétendue islamophobie, voire d'un fallacieux racisme, ceux qui veulent exprimer la voix de la France d'en bas. Les agences de presse et les grands médias procèdent à une autocensure par peur de poursuites judiciaires ou de représailles.

Conscient de ces dangers qui nous conduisent vers de dangereuses impasses, que pouvons-nous faire ?

Des citoyens, des intellectuels, et même quelques rares politiciens et journalistes, ont décidé de s'organiser, de réfléchir, d'informer, d'agir. Nous rendons hommage à leurs actions et leurs prises de position courageuses, et nous ne voulons en aucun cas concurrencer ce qu'ils mettent difficilement en place. Nous constatons néanmoins qu'il manque à leur démarche un élément essentiel : une base de donnée des événements qui prouvent l'ampleur des dangers qu'ils dénoncent. Certes, ces gens et ces organisations lisent la presse et ne manquent pas d'y relever des faits divers qui traduisent les problèmes profonds. Mais cette vue d'ensemble est loin d'être exhaustive et surtout, elle ne traduit pas la nature gravissime des phénomènes.

C'est cette lacune que nous avons décidé de combler, par une information de terrain que nous allons chercher et construire ensemble, vous et nous.

Notre méthode

La méthode est très simple : donner sur ce site cette information de terrain.

France-echos.com, c'est la France, la France d'en bas. Certes, nos amis européens et occidentaux connaissent, peu ou prou, des situations similaires aux autres. Mais d'une part les phénomènes que nous dénonçons sont plus important chez nous, pour de multiples raisons. Et d'autre part, nous devons volontairement nous limiter pour ne pas nous disperser.

France-echos.com, c'est l'écho des Français. C'est tout ce vécu qui semble bien loin des soucis des médias et des politiciens. C'est l'espace où nous pouvons parler librement des problèmes qui touchent directement chacun d'entre nous, dans son quartier, dans son entreprise, dans son école, dans sa famille, dans sa vie. C'est votre écho, que nous écoutons, que nous amplifions, que nous organisons, que nous transmettons.

France-echos.com, c'est de l'information. C'est en quelque sorte une agence de presse qui vous appartient. C'est l'endroit où quiconque peut apporter ou aller chercher l'information dont il a besoin, en dehors de toute censure et de toute orientation politique, religieuse ou philosophique. C'est de l'information pour vous, mais aussi pour les décideurs et les analystes. A partir de ces principes, nous avons décidé d'avoir les approches suivantes.

Une organisation géographique de l'information. D'abord en régions, mais avec plus de détails pour les lieux les plus sensibles. Ainsi, vous pourrez consulter directement ce qui se passe près de chez vous, pour vous informer ou pour compléter cette information.

Une approche coopérative sur les événements. Nous avons constaté que les personnes proches d'un événement disposent d'informations complémentaires judicieuses ou peuvent parfois corriger certaines présentations. C'est pourquoi, sur chaque fait divers que nous présentons ou que vous nous soumettez, un espace d'échange est ouvert, pour vous permettre de vous exprimer et d'apporter toute précision utile.

Un suivi des affaires. La télévision et les radios nous ont habitués à l'information jetable. Un scandale ou une agression horrible est à l'affiche pendant quelques heures, et puis... plus rien. On ne sait pas ce que deviennent les plaintes, on oublie de signaler la conclusion judiciaire de tel méfait, on enterre doucement les dossiers. Sur les faits les plus graves, nous attachons donc une importance à vous prévenir des suites, des échéances, et des conséquences. Nous ne lâchons pas le morceau.

Des enquêtes de terrain. Bien souvent, on pourrait vérifier, infirmer, confirmer, des informations par des témoignages complémentaires, par un petit tour sur les lieux ou dans les audiences juridiques, par une petite enquête sur place. Il ne s'agit pas de s'improviser journaliste d'investigation, mais simplement d'aller chercher l'information là où elle est. Et aussi d'apporter des éléments de preuves, par exemple des comptes-rendus, des photographies ou des documents sonores.

Des rencontres régionales. Nous se sentons souvent seul et démuni devant un événement, même quand il nous touche directement. La formation de petites équipes régionales permet d'organiser un soutien réciproque ou de se partager les tâches. Nous favorisons donc au maximum ces rencontres de gré à gré, de manière à être plus efficaces sur le terrain.

Une participation aux manifestations locales. Nous relayons les appels aux pétitions, meetings ou autres manifestions locales, et nous vous invitons à nous en faire part. Là encore, il ne s'agit pas d'être la courroie de transmission de telle ou telle organisation, mais simplement de faire entendre une autre voix, et aussi de permettre aux gens de se rencontrer en toute liberté.

L'anonymat et la sécurité

Nous donnons la possibilité à chaque intervenant d'être anonyme. Il ne s'agit ni de lâcheté, ni de clandestinité, mais simplement de sécurité. Nous savons que la peur de représailles sur les plans personnels, familiaux et professionnels est largement justifiée par l'expérience. C'est pour garantir la liberté d'information et de parole que nous respectons le degré d'anonymat de chacun.

Notre équipe comporte des spécialistes de la sécurité dans différents domaines, et nous ne manquons pas de donner et de partager les conseils élémentaires qui vous permettront de nous aider en toute tranquillité.

Par contre nous nous opposons formellement à toute action illégale ou immorale. Non seulement nous les condamnons, mais en plus nous serons intransigeants sur tout manquement à ce principe citoyen et humaniste. En particulier, nous dénonçons avec force toute forme de racisme, d'insulte, de diffamation et de violence. C'est pour éviter ces dérives, et aussi l'infiltration de personnes douteuses ou la mise en danger de tiers, que toutes les interventions sont visées avant publication.

A vous de jouer

Nous vous laissons découvrir le site, et nous vous invitons à y participer au plus vite. N'hésitez pas à nous faire part de toutes vos critiques.

La Rédaction
redaction@france-echos.com
   Les réactions   
Pascal 13 mai
Re : Bienvenue sur france-echos.com !
bertrand 3 mai
Bienvenue sur france-echos.com !
ODH 29 avril
Re : Réponse à Reona
Alessandro 12 avril
Re : Bienvenue sur france-echos.com !
La Rédaction 27 février
Réponse à Reona
Reona 27 février
Re : Bienvenue sur france-echos.com !
Herrman 23 décembre
Re : Bienvenue sur france-echos.com !
la marmote 4 décembre
Re : Bienvenue sur france-echos.com !
Pascal jeudi 13 mai 2004

Re : Bienvenue sur france-echos.com !

Je suis tout à fait d'accord avec vous. Cependant vous pourriez créer d'autres rubriques concernant les mensonges, les vols et les incompétences de nos dirigeants. par exemple les frais de bouche de Chirac, l'amiante ou certains pesticide que la France a tardé à interdire pour des raisons économiques ..... Bref tout ce qui prouve que nous sommes gouvernés par des incompétents, des voleurs et des menteurs
bertrand lundi 3 mai 2004

Bienvenue sur france-echos.com !

Excellent site ! ! ! !

A faire connaitre ! ! !

Prenons exemple sur La Suisse ! ! ! !

ODH jeudi 29 avril 2004

Re : Réponse à Reona

faire un don "OUI, mais il a suffisamment de citoyens concients de le situation dramatique de notre pays pour payer un abonnement.

" RAS LE BOL ! ! ! !

Nous donnant accès à des news avec code d'accès. Ceci vous permetterait de faire évoluer votre site avec une rubrique : "envoyer à un ami Vous seriez formidables, ce serait la création d'une nouvelle vision de la France

Alessandro lundi 12 avril 2004

Re : Bienvenue sur france-echos.com !

Que dire de plus enfin un site qui dit trés haut ce que les Français vivent tout les jours . Je souhaite vivement que ce ne soit pas deja trop tard...Mobilisons nous et faisons face a cette derive dignement et avec intelligence.Je suis moi même de nationalité Italienne mais j'aime la France respectons-la et respectons ces coutumes et surtout notre belle religion catholique courage a vous tous ....
La Rédaction vendredi 27 février 2004

Réponse à Reona

Nous n'avons aucun fond. Notre travail est bénévole et l'hébergement est payé par nos deniers personnels. Mais si vous voulez faire un don, ne vous gênez pas !
Reona vendredi 27 février 2004

Re : Bienvenue sur france-echos.com !

Bonjour, je constate que ce site est remis à jour quotidiennement et que l'info n'est pas un copier-coller des dépêches AFP. Nous ne sommes donc plus dans l'amateurisme et donc vous devez avoir besoin de financements. Ma question est indiscréte et vous pouvez ne pas me répondre ou me répondre en privé par courriel, d'où proviennent vos fonds ?
Herrman mardi 23 décembre 2003

Re : Bienvenue sur france-echos.com !

Pourqoui ne pas souscrire à l'idée de l'Italie et de la Pologne de déclarer dans la constitution européenne que l'Europe est terre Chrétienne ?
la marmote jeudi 4 décembre 2003

Re : Bienvenue sur france-echos.com !

excellentissime, puissiez vous durer.tres bon boulot.

>>> TELEPHONE ROUGE <<<

Tout ça se se passe près de chez vous.
Alors vous aussi, vous avez une info à nous faire parvenir.


Cliquez ici

Retour aux archives