accueil

93 - Seine-Saint-Denis - Terrorisme intellectuel

samedi 3 juin 2006

Emeutes et insécurité à Montfermeil, c'est la faute du maire !

Il y a des gens qui éprouvent un plaisir malsain à détruire ce que tant d'autre ont eu tant de mal à bâtir. Ces minables sont d'autant plus acharnés qu'ils seraient incapables de réaliser le dixième de ce qu'un homme ou une femme de bien peut faire dans sa vie. Mais pire que tout, ces gens sont des lâches car ils délèguent à des barbares le soin de détruire à leur place la société qu'ils haïssent :

Ainsi, quand le maire de Montfermeil, Xavier Lemoine, lutte contre l'insécurité régnant dans sa ville, lorsqu'il prend des mesures certes sévères mais apparemment nécessaires, lorsqu'il intervient pour faire arrêter des délinquants, l'extrême gauche sort du bois et hurle ces insanités habituelles contre ce maire courageux.

Qu'à donc fait ce maire qui puisse contrarier à tel point l'extrême gauche : il a identifié l'agresseur d'un chauffeur de bus et a contribué ainsi à son arrestation. Il a pris un arrêté interdisant, sous peine d'amende, les rassemblements de plus de trois mineurs dans certaines rues ou avenues afin de lutter contre la délinquance.

Voilà ce qui ne plait pas à nos courtisans.

Exemple :

Voilà ce qu'on peut lire dans Libération :

http://www.liberation.fr/page.php ?Article=377604

Qu'importe que ce maire et sa famille soit menacé par les bandes de voyous, qu'importe que ces filles aient été attaquées par une bande de djeunes ou que son domicile ait été caillassé. L'extrême gauche ne se soucie que de la liberté des chers petits contraints de ne plus ni circuler ni se rassembler en bandes.

(Des chers petits qui doivent être tellement doués qu'ils n'ont pas besoin d'aller tous les jours à l'école ou de travailler leurs cours à la maison...)

Et qu'importe que la mairie de Montfermeil, symbole républicain, ait été attaqué à coups de cocktail Molotov !

Tout cela n'intéresse pas l'extrême gauche. Les ligues de protection des barbares ne s'intéressent en effet pas aux hommes et aux femmes civilisés, elles ne défendent pas la démocratie et la République. Elles veulent détruire notre société.

On peut même être certain que si elles avaient existé au 4ème siècle, elles auraient ouvert les portes de Paris aux Huns sous prétexte de mixité sociale, de partage des richesses ou autres fadaises !

Ces gens reprochent en effet au maire de prendre des mesures destinées à limiter une délinquance qu'ils ont contribué à installer en rendant le travail des policiers extrêmement complexe, en favorisant une immigration anarchique et en prenant systématiquement partie pour « l'orphelin contre la veuve ».

Pourtant les attroupements sont bien interdits par la loi :

Extraits du code pénal :

Article 431-3

Constitue un attroupement tout rassemblement de personnes sur la voie publique ou dans un lieu public susceptible de troubler l'ordre public.

Un attroupement peut être dissipé par la force publique après deux sommations de se disperser demeurées sans effet, adressées par le préfet, le sous-préfet, le maire ou l'un de ses adjoints, tout officier de police judiciaire responsable de la sécurité publique, ou tout autre officier de police judiciaire, porteurs des insignes de leur fonction.

Il est procédé à ces sommations suivant des modalités propres à informer les personnes participant à l'attroupement de l'obligation de se disperser sans délai ; ces modalités sont précisées par décret en Conseil d'Etat, qui détermine également les insignes que doivent porter les personnes mentionnées à l'alinéa précédent.

Toutefois, les représentants de la force publique appelés en vue de dissiper un attroupement peuvent faire directement usage de la force si des violences ou voies de fait sont exercées contre eux ou s'ils ne peuvent défendre autrement le terrain qu'ils occupent.

Article 431-4

Le fait, pour celui qui n'est pas porteur d'une arme, de continuer volontairement à participer à un attroupement après les sommations est puni d'un an d'emprisonnement et de 100 000 F d'amende.

Article 431-5

Le fait de participer à un attroupement en étant porteur d'une arme est puni de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 F d'amende.

Si la personne armée a continué volontairement à participer à un attroupement après les sommations, la peine est portée à cinq ans d'emprisonnement et à 500 000 F d'amende.

(Lundi soir, il y avait une centaine de djeunes cagoulés et armés de barre de fer et de battes de baseball qui affrontaient les forces de police à Montfermeil. S'ils avaient été tous arrêtés et jugés, ils auraient pu rapporter à la justice jusqu'à 5 millions de francs...)

Article 431-6

La provocation directe à un attroupement armé, manifestée soit par des cris ou discours publics, soit par des écrits affichés ou distribués, soit par tout autre moyen de transmission de l'écrit, de la parole ou de l'image, est punie d'un an d'emprisonnement et de 100 000 F d'amende.

Lorsque la provocation est suivie d'effet, la peine est portée à sept ans d'emprisonnement et à 700 000 F d'amende.

Article 431-7

Les personnes physiques coupables de l'une des infractions prévues par les articles 431-5 et 431-6 encourent également les peines complémentaires suivantes :

1° L'interdiction des droits civiques, civils et de famille, suivant les modalités prévues par l'article 131-26 ;

2° L'interdiction de détenir ou de porter, pour une durée de cinq ans au plus, une arme soumise à autorisation ;

3° La confiscation d'une ou de plusieurs armes dont le condamné est propriétaire ou dont il a la libre disposition ;

4° L'interdiction de séjour, suivant les modalités prévues par l'article 131-31.

Article 431-8

L'interdiction du territoire français peut être prononcée dans les conditions prévues par l'article 131-30, soit à titre définitif, soit pour une durée de dix ans au plus, à l'encontre de tout étranger coupable de l'une des infractions définies aux articles 431-5 et 431-6.

Mais que peut-on attendre de gens qui ont successivement encensé les dictatures bolcheviques, maoïstes et qui maintenant courtisent les barbus. Ces gens ont un problème.

Car en critiquant cet arrêté « anti-bandes » sous le prétexte fallacieux de défendre les libertés publiques, ils méprisent le droit à la sûreté de tout citoyen qui est inscrit dans la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789. En effet, on ne peut croire un seul instant que des partisans d'un des totalitarisme les plus abject qui soit, le totalitarisme socialiste, soient des défenseurs des libertés.

A-t-on déjà vu un gauchiste lutter contre la prédation fiscale ? Contre les grands monopoles (sécurité sociale, assurance chômage, EDF, SNCF…) ? Contre les multiples atteintes à notre droit de circuler ? Contre le désarmement physique et moral dont nous sommes victimes ?

Et a-t-on vu ces gens là proposer des solutions ?

Non, ils exploitent la misère, ils trouvent de grandes causes pour se mettre ne valeur et n'y apportent aucun remède. Et partout ils sèment la discorde.

Ces gens n'ont rien à dire que nous ne sachions déjà.

Il est donc temps que ces dinosaures disparaissent, qu'ils cessent de toucher des subventions et des aides publiques. Leur pouvoir de nuisance doit être brisé.

A l'hospice les gauchistes !

D'autres personnes les remplaceront et apporteront les solutions dont nous avons besoin.

Pour en savoir plus :

http://www.lexpress.fr/info/quotidien/actu.asp ?id=3957

http://fr.news.yahoo.com/30052006/202/incidents-violents-...

(Voir également les vidéos : on y apprend que des policiers ont failli brûler dans leur voiture touchée par un cocktail Molotov…)

Y. Hamar
yhamar@france-echos.com

>>> Téléchargez l'argumentaire anti-islam
et PARTICIPEZ A L'OPERATION NON STOP : SITA (Sensibilisation à l'Islam Tous Azimuts) <<<

Retour aux archives