Traduction de la page :  Anglais  Espagnol  Allemand  Italien  Néerlandais  Portugais  Français
accueil | qui sommes-nous
contact | agenda
Téléphone Rouge
liens
   Dossiers   
   Régions   
   Services   
   Partenaires   


>>> Téléchargez l'argumentaire anti-islam
et PARTICIPEZ A L'OPERATION NON STOP : SITA (Sensibilisation à l'Islam Tous Azimuts) <<<

Terrorisme intellectuel Erreurs de casting

Quand Cecilia Gabizon veut nous faire gober à son « OPA (de l'« extrême-droite ») sur les Juifs de France »

… elle manipule habilement la langue française. Décryptage.

Dans un article du Figaro du 19 juin, Cécilia Gabizon reconnaît que « la droite progresse au sein de l'électorat juif ». C'est même le titre de l'article, et elle le confirme dans le texte. Elle dit même, dans la partie du texte consacrée à Philippe de Villiers, que « pour la première fois depuis des décennies, une partie des juifs s'est tournée vers la droite avec une forte demande de sécurité et la crainte désormais affichée d'un affrontement avec les musulmans. »

Mais la suite de cette partie consacrée au président du MPF est un morceau de manipulation du langage destiné à faire croire à sa fameuse « OPA (de l'« extrême-droite ») sur les Juifs de France ». Citons le passage en entier pour ne pas être accusé de sortir les mots de leur contexte :

« Cela n'a pas échappé à Philippe de Villiers. Il assure avoir reçu le soutien spontané de nombreux juifs inquiets de « l'islamisation de la France ».

A son tour, le président du MPF a multiplié les soutiens à la communauté juive : manifestation pour Ilan Halimi, intervention rue des Rosiers après la descente de gros bras de la Tribu KA, des « suprémacistes » noirs. Lundi dernier, il s'est fait applaudir chaleureusement au dîner de Radio J, où plusieurs ministres et des présidentiables s'étaient pressés. Plus qu'une quête de voix, Philippe de Villiers cherche une caution, estime le politologue Jean-Yves Camus. « La communauté est un enjeu symbolique, pour donner une légitimité à son discours contre l'islamisme. » »

Décryptage :

1. « Cela n'a pas échappé à Philippe de Villiers. »

Cécilia Gabizon prête une intention au président du MPF, comme s'il était aux aguets.

2. « Il assure avoir reçu le soutien spontané de nombreux juifs inquiets de « l'islamisation de la France ». »

On aurait pu dire : « Il a reçu le soutien spontané de nombreux juifs inquiets (…) » ou plus simplement encore : « De nombreux juifs inquiets (…) lui ont apporté spontanément leur soutien ». Non, on dit que c'est lui qui l'« assure », pour attirer sur lui l'action, en sous-entendant que c'est un plaidoyer pro domo. Notons aussi au passage les guillemets mis à « l'islamisation de la France », ce qui permet de la relativiser comme si elle n'était pas objectivement constatable ; c'est Villiers et lui seul qui dit qu'il a islamisation.

3. « A son tour, le président du MPF a multiplié les soutiens à la communauté juive : manifestation pour Ilan Halimi, intervention rue des Rosiers après la descente de gros bras de la Tribu KA, des « suprémacistes » noirs. »

Tous les leaders politiques ont participé à la cette manifestation. Cécilia Gabizon, qui omet de rappeler que les nervis de SOS-Racisme ont écarté le président du MPF manu militari, présente l'événement comme si Philippe de Villiers était seul à avoir voulu participer au défilé, alors que ce soutien affiché était partagé par toute la classe politique. On présente donc ce soutien comme particulier alors qu'il était général, accentuant ainsi l'approche de la communauté juive par Villiers.

4. « Lundi dernier, il s'est fait applaudir chaleureusement au dîner de Radio J, où plusieurs ministres et des présidentiables s'étaient pressés. »

Ici par contre, on précise que d'autres politiciens étaient présents. Mais seul Villiers, d'après le texte, a été applaudi. Pour enlever le caractère spontané de cette ovation, l'auteur dit « il s'est fait applaudir chaleureusement », utilisant une formule où Villiers est transformé en acteur déclenchant volontairement les vivats. Alors que n'importe quel narrateur objectif aurait dit : « il a été applaudi chaleureusement » ou « on l'a applaudit chaleureusement ».

5. « Plus qu'une quête de voix, Philippe de Villiers cherche une caution, estime le politologue Jean-Yves Camus. « La communauté est un enjeu symbolique, pour donner une légitimité à son discours contre l'islamisme. » »

Et après toutes ces contorsions sémantiques, Cécilia Gabizon n'a plus qu'à conclure en beauté en alignant les intentions prêtées à Philippe de Villiers : « quête de voix », « caution », « enjeu symbolique », et recherche de « légitimité ». Ce qui sous-entend d'ailleurs que Villiers aurait une légitimité faible, puisqu'il a besoin d'une caution ! On remarque aussi que la citation de Jean-Yves Camus suit les intentions prêtées à Villiers, transformant ainsi la « légitimité » apportée par la « communauté » en quête de caution par Villiers.

Réécrivons maintenant le passage en enlevant ces manipulations sémantiques et ces procès d'intention :

« De nombreux juifs inquiets de l'islamisation de la France apportent leur soutien à Philippe de Villiers.

Le président du MPF a participé comme les autres leaders politiques à la manifestation pour Ilan Halimi, mais on l'a vu également intervenir rue des Rosiers après la descente de gros bras de la Tribu KA, des « suprémacistes » noirs. Lundi dernier, il a été applaudi au dîner de Radio J, où plusieurs ministres et des présidentiables s'étaient également pressés. Une partie de la communauté juive légitime donc son discours contre l'islamisme. »

La différence entre la narration objective et la version alambiquée de Cécilia Gabizon :

- La narration objective des faits constate qu'une partie de la communauté juive applaudit et soutien Philippe de Villiers, trouvant que celui-ci répond à leur propre inquiétude sur l'islamisation de la France.

- Le texte de Cécilia Gabizon inverse complètement l'action. Elle veut dire que Philippe de Villiers, en mal de légitimité, drague les Juifs de France.

Certes, Philippe de Villiers cherche à séduire l'électorat juif, mais comme tous les leaders politiques, ni plus ni moins ! Et une partie importante de la communauté juive soutient spontanément le président du MPF. C'est justement cela qui semble contrarier Cécilia Gabizon. Alors elle transforme cette réalité en procès d'intention de Philippe de Villiers, réitérant une fois de plus la fable que l'« extrême-droite » lancerait une « OPA sur les Juifs de France ».

Les Juifs de France villiéristes sont ainsi pris pour des gens passifs, subissant une OPA, et non comme des citoyens responsables choisissant un leader politique de leur propre initiative et en toute liberté. C'est une véritable infantilisation de ces citoyens qui font un choix politique semblant déplaire à Cécilia Gabizon. Ce n'est pas vraiment ce choix en tant qu'idée politique qui gêne l'auteur de l'article, puisqu'elle ne s'en prend pas aux autres partisans de Philippe de Villiers. C'est le fait que ce soit des Juifs qui fassent ce choix, qui est d'ailleurs présenté comme résultant uniquement d'une « crainte d'un affrontement avec les musulmans » et de l'« islamisation de la France ». Comme si Villiers manipulait la peur dans son « OPA », comme si cette crainte était infondée.

Hélas pour Cécilia Gabizon, la réalité est tout autre. Les Juifs craignent l'islamisation d'une part parce que l'idéologie musulmane est anti-juive (Coran et Mahomet) et d'autre part parce que l'antisémitisme musulman se développe en France comme dans le Monde. Philippe de Villiers est le seul leader politique français à dénoncer l'islamisation de la France, qui est une réalité tout aussi objective. Donc il est normal que les Juifs se tournent vers lui, comme du reste d'autres Français victimes également de l'islamisation.

Par ses contorsions sémantiques, Cécilia Gabizon transforme ce raisonnement logique : Philippe de Villiers pratique une obscure chasse aux suffrages de Juifs naïfs en jouant sur la peur. Mais au fait, pourquoi fait-elle cela ? En quoi le soutien spontané de Juifs à Philippe de Villiers la gêne, à tel point qu'elle en fait une fixation et revient à la charge encore une fois ?

C'est tout de même étrange, cette obsession qui s'attache aux personnes (Villiers et les Juifs) et pas aux faits et aux idées qui orientent les opinions. Ca tient plus de l'imprécation et de l'anathème que du débat politique sur les réalités de la France. Critiquer Villiers et ses électeurs juifs permet-il de ne pas parler des sujets dits sensibles évoqués par les uns et les autres ? Villiers est un vilain, et les Juifs qui votent pour lui se trompent ou sont trompés. Circulez, il n'y a rien à voir.

A la limite, je me fiche que « la droite progresse au sein de l'électorat juif » ou que les bouddhistes votent plutôt à gauche. C'est prendre les problèmes de la France par le petit bout de la lorgnette, c'est disserter sur les conséquences sans aborder les causes. J'aimerais mieux savoir ce que Cécilia Gabizon pense de… l'islamisation et l'antisémitisme en France, par exemple ! Mais bon, à chacun ses priorités.

Nous pourrions étudier également la prose de Catherine Coroller, qui elle aussi avait participé à la croisade (ou la croissantade) contre le rapprochement entre les Juifs et le MPF dans un article de Libération intitulé « Quand les juifs radicaux se laissent séduire par Villiers ». Rien que ce titre dit tout ! Pour se laisser abuser par Villiers, un Juif ne peut être que « radical », c'est-à-dire extrémiste. Les modérés, eux, ne se font pas avoir !

C'est justement en réaction à Catherine Coroller qu'un internaute nous écrit :

« A défaut de ne pouvoir ,d'ailleurs plus pour très longtemps, peut-être stigmatiser les juifs dans leur ensemble, on s'éclate en les épiant, guettant les "preuves" de leur déviance du politiquement correct, en dehors duquel, nous le savons tous, point de salut ! Quelle arrogance et quelle outrecuidance, de la part de ces JUIFS RADICAUX (d'aucuns diraient SIONISTES, quelle horreur !) ! ! ! Par quel vice caché de l'histoire, de leur histoire, allez savoir, ces concitoyens ( heu....) osent-ils penser qu'il puisse exister une alternative à la pensée unique islamo-gauchiste ? Comment peuvent-ils refuser de caresser la bête dans le sens du poil (ils nous avaient habitués à plus de coopération dans le passé…), via les Besancenot-Buffet-Mamère-Hollande-Aounit ? ? ? Comment, pourquoi, allez savoir, veulent-ils, ces JUIFS RADICALO-SIONISTES cesser de lever des yeux apeurés, bras en l'air, (ou sur la tête pour amortir le choc) , et essayent-ils, tout à coup, de sentir , un peu ,un tout petit peu, plus tôt que d'habitude ( et que d'autres sans doute) , le souffle de la lame meurtrière, pourfandeuse d'Ilan, "que sa mémoire soit bénie", et d'ilanotes (pluriel d'ilan en hébreu) ? ? Soyez sur vos gardes, mesdames et messieurs, sachez reconnaître les ennemis de la France : ces juifs, euh, pardon, radicaux, enfin, sionistes, vous savez bien, ceux qui se permettent de soutenir l' insoutenable : Israël, Finkelkraut, De Villiers et son empathie affirmée pour les amoureux (même juifs) de la France , la résistance, (la française, figurez-vous !), ceux qui préfèrent les" vieux", bosseurs, aux "jeunes"cogneurs ! ! ! ! »

Francis Percy Blake
blake@france-echos.com
 Imprimez cet article et utilisez-le dans une opération SITA

>>> TELEPHONE ROUGE <<<

Tout ça se passe près de chez vous.
Alors vous aussi, vous avez une info à nous faire parvenir.


Cliquez ici

Retour aux archives