accueil

Actions - Dictature chiraquienne - Islamisation

samedi 26 août 2006

Mosquée municipale de Toulouse-Bellefontaine

Depuis 1905, la loi de séparation des églises et de l'état interdit au pouvoir politique de reconnaître ou de subventionner les cultes. Toutes les croyances sont autorisées, de l'adoration des extra-terrestres à celle du spaghetti volant, mais les adeptes doivent se débrouiller sans un seul sou de l'état pour construire et entretenir leurs lieux de rassemblements ou payer les fonctionnaires de leurs superstitions.
Sauf en Alsace-Moselle, pour cause de rattachement au territoire Français après 1905.
Et sauf à Toulouse, pour cause de maire devenu ministre des étranges affaires.

Dans de précédents articles nous avons exposé comment les élus au conseil municipal de la ville de Toulouse ont floué leurs administrés en accordant des privilèges à certains citoyens au seul motif de leur appartenance à la communauté mahométane.

A Empalot, un petit parc a été vendu 100 fois en dessous de sa valeur et la construction d'une mosquée pharaonique de 22 mètres de haut y a été autorisée tandis que des voisins se sont vus interdire de construire un seul petit étage supplémentaire à leur pavillon. Sous-évaluer un terrain dans le but de permettre son achat par une association cultuelle sans le sou, c'est subventionner indirectement un culte.
Placer les musulmans au dessus des lois (ou les non-musulmans en dessous, ça dépend du point de vue) en leur autorisant ce que l'on interdit à d'autres, ce n'est pas de la subvention mais c'est de la discrimination raciale (ou religieuse, voire les deux) et c'est tout aussi illégal.

A Bellefontaine (Mirail), les musulmans n'ont aucun complexe à expliquer sur leur site internet que le loyer de la mosquée en préfabriqués Algeco sur le parking Basso-Cambo est... gratuit grâce à la générosité de la mairie de Toulouse :
Nous sommes aujourd'hui logés, gracieusement par la Mairie de Toulouse -par la Grâce de Dieu-, dans des bungalos pré-fabriqués sur le parking de Géant Casino. Ces locaux nous sont loués gratuitement pendant 2 ans (jusqu'à Juillet 2007), après quoi nous devrons payer un loyer à la Mairie.
C'est bien entendu parfaitement illégal mais apparemment tous les partis politiques Toulousains sont tous satisfaits de savoir que les Toulousains paient, en toute illégalité, un lieu de culte destiné exclusivement aux adeptes de la première religion des prisons de France.

Il y a cependnant à Toulouse des citoyens qui ne sont pas satisfaits du tout de savoir que la mairie leur fait en partie les poches pour favoriser la première religion carcérale du pays. Ce sont des citoyens qui ont payé leur terrain au vrai prix du marché (pas celui du marché des bulletins de vote...), à qui la municipalité n'a jamais offert le moindre loyer, pas même pour 10 minutes de dépassement sur un parcmètre et qui ne sont pas plus racistes que Bozo le Clown n'est prix Nobel de chimie.
Et ces citoyens là nous ont transmis des documents intéressants, confirmant officiellement tout ce qui auparavant aurait pu être écarté au seul motif d'accusation sans fondements.
Ces documents sont accablants pour la mairie de Toulouse. Ils ne demandent qu'a exploser à la figure de ceux qui les ont rédigés en oubliant que nous sommes à l'époque d'internet :

- Compte rendu du Conseil Municipal du 28 mars 2003 décidant de brader un espace vert de la commune pour permettre la construction d'une mosquée à Toulouse-Empalot, au détriment du patrimoine des contribuables.

- Compte rendu du Conseil Municipal du 13 mai 2005 classant la mosquée de Bellefontaine dans la liste des équipements publics de la ville ( !) et décidant de l'implantation de bâtiments modulables en vue de relogement provisoire de la mosquée, au frais du contribuable Toulousain, naturellement :

Source : http://www.mairie-toulouse.fr/VieMunicipale/deliberations/pdf/Delib/00000E5R.pdf

- Compte rendu du Conseil Municipal du Conseil Municipal du 16 décembre 2005 classant toujours la mosquée de Bellefontaine dans la liste des équipements publics de la ville ( !) et décidant de l'Installation d'un chapiteau, toujours au frais du contribuable Toulousain, naturellement :

Source : http://www.mairie-toulouse.fr/VieMunicipale/deliberations/pdf/Delib/00000FTE.pdf

Comme l'a rappellé une récente série d'articles parus dans la presse régionale (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 8, 9, 10, 11, 12 13) dénoncer les municipalités qui piétinent allègrement la loi de 1905 et demander aux élus de ces municipalités de bien vouloir respecter la loi, c'est être... un "jeune con ordurier" , un "raciste" et risquer de se faire trainer devant les tribunaux pour opinion non conforme aux décisions municipales ! Un délit passible de sanctions temporelles et pécuniaires : vous serez condamné à perdre du temps et de l'argent à vous défendre devant un tribunal qui vous relaxera mais qui donnera à vos contradicteurs la satisfaction de vous avoir bien pourri la vie et d'avoir aussi, ce qui n'est pas négligeable, étalé votre nom et votre portrait dans la presse, ce qui peut toujours être utile pour quiconque serait lassé de n'égorger que des moutons et voudrait passer à un mammifère plus excitant à trucider.

Les partis politiques étant, sauf exception confirmant la rêgle, seulement préoccupés de leur image au détriment de tout résultat concret, les simples citoyens n'ont donc actuellement plus aucune possibilité de rappeler aux élus qu'ils doivent respecter la loi, sauf à être rentiers, belliqueux et capables de se passer de la police pour assurer sa propre protection.

Pour le simple citoyen, il ne reste donc plus qu'une seule solution (hormis le bulletin de vote pour faire place nette aux prochaines élections) : faire appel à des porte-flingues professionnels spécialisés dans l'application à bout portant de la loi de 1905, à savoir les membres de l'association La Libre Pensée, fondée en 1905, pour, entre autre, veiller scrupuleusement au respect de la loi de cette année là.
C'est par exemple eux qui ont pris un contrat sur le lieu de culte illégalement subventionné par la municipalité de Tournon-sur-Rhône après que nous ayons signalé les malversations de divers pontes locaux.

Signalez les malversations des pontes Toulousains à la Fédération de la Haute-Garonne de L'association La Libre Pensée en espérant que les membres de cette fédération seront aussi empressés à traîner un maire félon au tribunal administratif pour subvention illégale d'un culte qu'a s'envoyer un cassoulet le Vendredi Saint.

Exemple de courriel :
je me permet d'attirer votre attention sur les documents suivants :
1) http://www.mairie-toulouse.fr/VieMunicipale/deliberations/pdf/Delib/00000E5R.pdf
(Archive : http://www.france-echos.com/IMG/pdf/00000E5R.pdf )
2) http://www.mairie-toulouse.fr/VieMunicipale/deliberations/pdf/Delib/00000FTE.pdf
(Archive : http://www.france-echos.com/IMG/pdf/00000FTE.pdf )
3) http://www.france-echos.com/IMG/pdf/cm28mars2003.pdf
(source inconnue)
Comme vous pouvez le constater, les deux premiers classent un lieu de culte (en l'occurrence la mosquée de Toulouse-Bellefontaine) parmi les équipements publics, décidant d'une "implantation de bâtiments modulables en vue de relogement provisoire" et d'une "Installation d'un chapiteau".
Le troisième document organise le bradage en rêgle d'un terrain municipal (à 100 fois moins que le prix du marché !) pour y construire un autre lieu de culte (en l'occurrence encore une mosquée, celle de Toulouse-Empalot).
Tout cela constitue des subventions (déguisées) à l'exercice d'un culte, ce que la loi de 1905 interdit.
De récents articles dans le quotidien régional La Dépêche du Midi ont tenté de faire passer pour "raciste" le site www.france-echos.com qui a dénoncé ces décisions de la mairie de Toulouse (ainsi que des décisions similaires de la mairie du Muret) toutes parfaitement contraires à la loi de 1905.
N'appréciant pas qu'on leur rappelle la loi, ces élus n'ont pas hésités à proférer diverses menaces (passablement farfelues...) destinées à faire taire les citoyens qui leur demandent des comptes.
(voir http://www.france-echos.com/resultat.php ?cle=muret et http://www.france-echos.com/resultat.php ?cle=toulouse)
La fédération de l'Ardèche de votre association a mis le maire de Tournon-sur-Rhône au tribunal administratif dans un cas très similaire
(voir http://www.france-echos.com/actualite.php ?cle=9663 et http://www.france-echos.com/resultat.php ?cle=tournon)
Il serait souhaitable que vous entrepreniez la même action contre les décisions prises à Toulouse et dans ce cas je serai prêt à vous apporter ma contribution.

Chico Ray
chicoray@france-echos.com

>>> Téléchargez l'argumentaire anti-islam
et PARTICIPEZ A L'OPERATION NON STOP : SITA (Sensibilisation à l'Islam Tous Azimuts) <<<

Retour aux archives