Terrorisme intellectuel Erreurs de casting

Les méthodes mensongères des associations pro-clandestins

Le Mrap, SOS Racisme et autres « collectifs » n'hésitent pas à propager des affabulations pour défendre les étrangers illégaux, comme le prouve le cas de Jeff Babatunde.

Ces associations prétendaient que ce jeune majeur (donc hors circulaire Sarkozy !) en situation illégale avait perdu sa mère assassinée lors d'une manifestation en été 2004 à Ijebu Igbo, commune de sa naissance et de sa jeunesse au Nigeria. Et on a vu se multiplier les communiqués de soutien à Jeff, sur la base de cette allégation qui laissait croire que ce jeune clandestin n'avait aucune attache dans son pays natal.

Rappelons pour mémoire cet extrait d'un communiqué du 5 août du collectif RESF auquel appartient le Mrap, SOS Racisme et compagnie, qui appelait à soutenir Jeff lors d'une audience au tribunal : « De nationalité nigériane, Jeff Babatundé Shittu, né le 26 juillet 87, est arrivé en France en août 2004. Il a été immédiatement pris en charge par l'association France Terre D'Asile et a présenté une demande pour être régularisé dans ce pays en tant que réfugié politique : il a quitté son pays après de graves émeutes au cours desquelles sa mère, personnalité en vue soutenant le gouverneur en place dans l'état d'Ogun au Nigéria, a été enlevée puis assassinée. Sa demande et le recours présenté ensuite ont pourtant été rejetés le 5 février 2006. »

Ce concert d'indignations a même ému Arno Klarsfeld, médiateur nommé par le ministre de l'Intérieur dans le dossier des familles en situations illégales ayant des enfants scolarisés.

Mais pas de chance pour les « droitsdelhommistes », le Quai d'Orsay est chargé de mener une enquête sur place, au Nigeria. Et là, oh surprise ! L'ambassade de France, en collaboration avec la police locale, découvre que la version de Jeff et des droitsdelhommistes est un mensonge total :
- Il n'existe et n'a jamais existé aucune famille Babatunde à Ijebu Igbo.
- Aucun Jeff Babatunde n'y est connu, ni dans les registres de l'école locale, ni par personne.
- Il n'y a jamais eu d'émeutes ni d'assassinats dans cette commune en été 2004.
- Aucune femme répondant au nom de la mère de Jeff n'a jamais été ni « personnalité en vue » ni assassinée au Nigeria.

Arno Klarsfeld, ayant pris connaissance de la tromperie dont il a été victime, trouve donc justifiée la reconduite de Jeff dans son pays d'origine.

Le ministre de l'Intérieur a annoncé que Jeff, actuellement en centre de rétention, sera effectivement expulsé de France.

Mais les droitsdelhommistes sont de vraies escrocs intellectuels : même si leur fable a été totalement démontée, ils osent encore appeler à manifester pour Jeff. Dominique Sopo, le président de SOS Racisme, qualifie même de « manœuvres dilatoires » les révélations du ministre de l'Intérieur sur les mensonges propagés (entre autres) par sa propre association ! Le culot n'a vraiment plus aucune limite pour ces gens sans aucune honnêteté intellectuelle.

Jeff Babatunde devrait prendre son vol aller simple lundi prochain. Les menteurs qui le soutiennent tentent d'organiser des opérations commando pour empêcher son embarquement.

Selon le communiqué de RESF déjà cité, « [Jeff] a été parrainé à la Mairie du 11° arrondissement de Paris le 24 juin 2006. Ses parrains/marraines sont une famille entière : la mère qui est une des profs de Jeff au lycée Dorian, le père et les deux enfants adolescents Edith et Denis. Son parrain élu est Patrick Bloche, conseiller de Paris et député du 11° arrondissement. Le 10 mai 2206, M. Georges Sarre, maire du 11° arrondissement a rédigé un courrier de soutien à Jeff à l'attention de M. Sarkosy et de M. Bergougnoux, préfet du Val de Marne. »

Ces gens oseront-ils reconnaître qu'ils ont été abusés par le mensonge de Jeff et de ses soutiens, et faire amende honorable pour leur erreur ? Il serait tout même salutaire que le maire d'arrondissement et le conseiller municipal se désolidarisent ouvertement de méthodes qui les discréditent totalement, s'ils veulent garder la confiance des Parisiens. Ou alors cela veut dire que le mensonge et la tromperie ne les gênent pas plus que ça.

Francis Percy Blake
blake@france-echos.com

Retour aux archives