Humour MRAP - LDH

Les amis du Hezbollah et de Tariq Ramadan « décident de déposer plainte contre le site France-Echos »

Non, il ne s'agit pas de Taoufic Mathlouti ou d'oumma.com, mais d'un autre compagnon de (dé)route du fascislamisme : le Mrap ! Hé oui ! Le groupuscule islamogauchiste de Mouloud Aounit nous consacre un long communiqué, rien que pour notre site. Mais pourquoi donc ? Nous allons le découvrir ensemble.

Voici donc la dernière coranerie du Mrap, sur leur site internet : http://www.mrap.asso.fr/communiques/racisme_net/view

Plainte sans motif

Le titre, « Assez de complaisance pour les racistes du net », nous a fait un instant croire que le Mrap parlait de ses amis de mejliss.com, ou de lui-même faisant amende honorable après avoir défilé en plein Paris sous les drapeaux du Hezbollah et en compagnie de slogans nazifiant Israël et les Israéliens. Mais non ! les « racistes », ce serait « le site internet France-Echos » avec toutefois la complicité de « ses satellites ».

Suit une longue prose lénifiante et ampoulée, caractéristique du style haineux et inconsistant cher au Mrap et à son Petit Prophète des Peuple. Evidemment, moins on a de choses à dire, et plus on les délaie dans un galimatias qui rappelle les discours-fleuves d'un Fidel Castro ou d'un ayatollah islamiste d'Al Manar. Alors tout de suite à la conclusion : « Le Mrap exige des mesures rapides et efficaces pour mettre hors d'état de nuire cette organisation raciste qui sévit la toile (sic) et décide de déposer plainte contre le site france-echos. »

Donc nous serions une « organisation raciste » puisque la fatwa du Mrap le dit, répétant ainsi pour la cinquième fois au moins son accusation contre notre site. Mais il y a du nouveau : le Mrap « décide de déposer plainte contre le site france-echos » (et cette fois sans majuscule, ce qui montre le peu de rigueur orthographique de l'officine de Mouloud Aounit…)

Généralement, quand le Mrap dit qu'il porte plainte ou qu'il « décide » de le faire, il en donne le motif juridique (diffamation, injure, discrimination, etc.) Là, bizarrement, il a oublié de le faire dans sa menace. D'ailleurs il commet une autre bourde : il porterait plainte « contre le site france-echos », alors qu'on porte plainte contre des personnes ou contre X. On sent que les juristes du Mrap manquent encore une fois de rigueur, comme quand ils plaident en audience par des considérations politiciennes ou géostratégiques sans aucun rapport avec les affaires en cours d'examen.

Pub gratos pour coranix.org

Donc le Mrap « décide de déposer plainte », même s'il eût été plus exact de dire (en bon français) « déposer une plainte » ou « porter plainte ». Il n'y a pas que les juristes du Mrap qui ont des lacunes. Les rédacteurs ou relecteurs aussi, surtout depuis que l'ancien webmaster Gérard Kerforn a laissé tomber le site internet du Mrap suite à des différends d'avec la ligne islamophobophobe et islamistophile de Mouloud Aounit. Maintenant c'est Renée Le Mignot, secrétaire générale adjointe dans le Politbuto du Mrap, qui se tape le boulot de recopier la prose du Petit Prophète des Peuple.

Comme la conclusion du communiqué oublie de dire le motif de dépôt de plainte, il va falloir lire la prose indigeste en entier pour connaître le fin mot de l'affaire. Allons-y. De toute façon, à défaut d'être intelligent et rationnel, les communiqués du Mrap ont l'avantage de nous faire rire.

« Depuis plusieurs années, en toute impunité, le site internet France-Échos et ses satellites - dont coranix.org - diffusent des messages haineux à l'encontre des populations arabes, africaines et musulmanes. » Alors on apprend que France-Echos aurait des « satellites » (au pluriel), dont un seul est cité : coranix.org. Après l'Humanité qui associait les deux sites il y a deux semaines, voilà que le Mrap fait à son tour de la publicité pour nos confrères de Coranix, qui n'est en rien un « satellite » de France-Echos, mais un site ami. A croire qu'au Mrap, on soit aussi gaffeur qu'à l'Huma ! En effet, imaginez les internautes lecteurs du communiqué du Mrap (ils ne sont pas légion parce que tout le monde s'en fout), qui découvrent le nom du site « coranix.org ». Ils iront vite voir en quoi consiste ces « racistes », et ô surprise, ils découvriront l'un des sites les mieux argumentés pour dénoncer l'idéologie mahométane. On peut difficilement être plus contre-productif !

Où est le corps du délit ?

Donc France-Echos, Coranix et d'autres « satellites » que le Mrap est infoutu de nommer (on aura donc compris que le pluriel ne sert qu'à tromper le lecteur), « diffusent des messages haineux à l'encontre des populations arabes, africaines et musulmanes ». Bigre ! Et cela « depuis plusieurs années, en toute impunité ». Alors on se pose deux questions :

A) Pourquoi le Mrap n'a-t-il jamais porté plainte, « depuis plusieurs années », contre ces sites, pour faire tomber cette « impunité », alors que cette officine islamogauchiste est spécialisée en harcèlements judiciaires ?

B) Pourquoi le Mrap n'a-t-il JAMAIS cité UNE SEULE PHRASE tirée de France-Echos pour justifier ses accusations mensongères et diffamatoires, alors qu'il martèle celles-ci dans une demi-douzaine de communiqués où France-Echos est cité ?

La question B répond à la question A. Et si le Mrap n'arrive JAMAIS à fonder ses calomnies contre notre site (ou d'autres), c'est tout simplement qu'il en est incapable, et pour cause ! Même dans ce communiqué où il prétend « décider de déposer plainte », il n'avance pas l'ombre d'un début de fondement. (On verra plus loin la vraie raison de cette menace juridique.) Le Mrap est donc, une fois de plus, coupable de diffamation contre France-Echos.

Nébuleuses, satellites et écrans de fumée

« Le MRAP, à plusieurs reprises, a attiré l'attention du ministre de l'intérieur sur la nocivité de ces malfrats du net. » « Racistes », « malfrats », et puis quoi encore ? De quel droit le Mrap se permet-il de telles insultes ? C'est dégueulasse et ordurier. On remarque en passant que le ministre de l'intérieur se contrefout des jérémiades du Mrap ou qu'il n'a rien à reprocher à France-Echos, ou les deux (ce qui est d'ailleurs le plus logique).

« Ces sites sont les héritiers de la nébuleuse Sos-Racaille qui attaquait les populations arabes ou africaines en diffusant des messages racistes et des appels au meurtre. » Allons bon, après les « satellites », revoilà la « nébuleuse » tout droit sortie de l'imagination fertile de Gérard Kerforn et Mouloud Aounit. Toujours ces métaphores astronomiques sans queue ni tête, qui ne servent qu'à aligner des mots pour faire croire qu'on a quelque chose à dire, mais qui ne reposent sur rien de factuel. On remarque en passant l'amalgame ignoble qui consiste à associer France-Echos à des dérives d'autres sites avec lesquels nous n'avons eu aucun rapport. C'est de la diffamation pure et simple, une fois de plus !

Mais le communiqué du Mrap est si stupide qu'il avoue tout de suite après que cet amalgame est non fondé : « Afin d'échapper aux rigueurs des lois antiracistes, ces sites usent maintenant d'un artifice grossier en prétendant ne mener qu'une critique de la religion. » Oh qu'elle est belle ! On avait déjà cette superbe bourde dans le rapport bidonné de Gérard Kerforn : Les sites « échappent » aux « lois antiracistes », et pourtant on demande de les condamner au titre de ces lois ! Mais ils rendent compte de ce qu'ils écrivent au Mrap ?

Islamophobie = racisme (copyright Khomeiny-Aounit)

Donc nous serions des petits vicieux, qui utiliserions un « artifice grossier en prétendant ne mener qu'une critique de la religion ». En français on appelle ça un procès d'intention (ou un procès de Moscou pour utiliser un terme qui sera plus parlant aux islamocommunistes du Mrap). Car enfin, tout cela n'a queue ni tête : nous n'avons nul besoins d'« artifice » pour critiquer non pas « la religion » en général, mais bien la seule idéologie totalitaire, raciste et meurtrière qui se déguise en religion : l'islam. Mais on s'en fout, à France-Echos, des « religions ». Par contre nous luttons contre les fascismes, et donc l'islam qui est dans ses fondements comme dans son Histoire une idéologie dont les dogmes et les exactions n'ont rien à envier au communisme ou au nazisme, que cela plaise ou non aux commissaires politiques et islamiques du Mrap.

Et si quelqu'un fait bien l'équation « islamophobie = racisme », c'est le Mrap qui, à l'instar des mollahs nazislamistes iraniens, veut condamner comme « racistes » ceux qui justement luttent contre le racisme de l'islam. Pour un mouvement qui se prétend « antiracisme » (mais ça ne trompe plus personne), c'est quand même assez fort de café !

D'ailleurs le Mrap continue sur cet amalgame : « De fait, ces sites procèdent d'une stigmatisation des populations concernées en les assimilant systématiquement aux courants fanatiques de l'islam ; les musulmans de France sont calomniés, diffamés, présentés comme un corps étranger à la société française. Au-delà des musulmans ce sont toutes les populations arabes ou africaines supposées pratiquer cette religion, qui sont visés et salies. » Aucune preuve, aucune citation de ce mensonge éhonté ! Seulement des accusations ignobles introduites par des inepties verbales et pédantes du genre « procèdent d'une stigmatisation des populations concernées ». Mais c'est quoi ce charabia à la con qui masque mal l'absence totale d'arguments et de faits avérés ?

France-Echos = Tribu K (copyright Mrap 2006)

La bassesse du Mrap ne se limite pas à ce pathos grotesque. En effet, le Mrap ne peut ignorer que nous défendons toutes les victimes de l'islam, qu'elles soient d'origine musulmane ou non, qu'elles soient africaines, arabes, berbères, européennes, etc. ! Oui nous défendons la mémoire de Ghofrane Haddaoui, dont la famille a fait appel à France-Echos alors que le Mrap n'a jamais voulu défendre ce type d'affaires. Oui nous défendons Messaoud Bouras, Ayan Hirsi Ali, et toutes les femmes, tous les homosexuels, tous les apostats, tous les « kouffar » victimes de l'islam quelles que soient leur couleur de peau, ce que le Mrap se refuse systématiquement à faire. S'il y a des gens qui pratiquent une sélection raciste de leurs « antiracismes » pour des raisons partisanes et idéologiques, ils sont au Mrap, pas chez nous !

La suite est encore plus abjecte. « Le ministre de l'intérieur, à la grande satisfaction du MRAP, a mis les moyens pour faire cesser la nuisance du groupe antisémite Tribu K et son site. Mais le MRAP ne saurait se satisfaire de mesures partielles. » Quel rapport entre la tribu K et France-Echos ? AUCUN, tout au contraire ! Nous avions dénoncé ces racistes bien avant que le Mrap n'en parle, et alors qu'il copinait avec Dieudonné protégé par la Tribu K. Alors pourquoi cette comparaison opérée par le Mrap ? Mais c'est tout simplement dégueulasse ! Est-ce France-Echos qui va menacer quiconque avec des battes de base-ball ? Est-ce France-Echos qui organise des ratonnades ? Là encore, faut-il que les gens qui osent écrire de telles saloperies n'aient rien dans la tête, et surtout aucun scrupule !

Hezbollah fan club

Surtout que le Mrap, lui, a défilé cet été encore avec des antisémites « nazifiant » Israël et les Israéliens, et le tout sous les drapeaux du Hezbollah terroriste et les portraits du petit führer Nasrallah. Où sont les racistes, Mouloud Aounit, qui n'avez même pas eu le courage de prononcer un seul mot de regret lors de votre intervention sur RMC où la question vous a été posée explicitement ?Bien au contraire, vous avez salué le Hezbollah comme un mouvement « résistant », insultant ainsi la mémoire des Juifs et des vrais résistants au nazisme ou au nazislamisme ! Et vous osez encore parler d'« antiracisme » ? Mais c'est soit de l'inconscience, soit du cynisme !

On notera qu'à ce point de notre lecture, le communiqué du Mrap n'a toujours pas fondé ses diffamations et ses insultes contre France-Echos. Continuons. « La haine contre les populations arabo-musulmanes est une lame de fond qui envahit le net, et les lenteurs des réactions officielles deviennent au fil du temps, une complaisance par inaction ; elles ne peuvent qu'entretenir la confusion entre Arabes, Africains, musulmans, terroristes et créer des peurs et des tensions dangereuses pour la paix civile. » Une fois de plus, on retrouve l'une des crapuleries intellectuelles favorites du Mrap : assimiler la critique de l'islam et le racisme, mais cette fois par la contraposée qui consiste à prêter à l'adversaire un amalgame entre « Arabes, Africains, musulmans, terroristes » En effet, qui fait ces confusions, et à dessein, sinon le Mrap ? Est-il capable de citer une seule phrase de France-Echos où tous les Africains seraient traités de musulmans et tous les musulmans de terroristes ? Non bien sûr ! Cette « confusion » n'est que dans l'esprit des idéologues du Mrap.

On remarque un autre amalgame entre islamophobie et racisme, dans la phrase : « La haine contre les populations arabo-musulmanes est une lame de fond qui envahit le net. » Oui, il y a de plus en plus de sites islamophobes, et le Mrap avoue sa propre inefficacité sans son rôle de Savonarole islamique, mais ça n'a rien à voir avec le racisme ou la haine ! C'est aussi stupide que de dire que les anti-nazis étaient des racistes anti-Allemands, ou que les anti-communistes ont la haine des Russes. C'est insensé !

Lame de fond et amalgames abyssaux

Et toujours aucun fait précis pour fonder les calomnies ignobles contre France-Echos. On remarquera d'ailleurs qu'on parle d'une « lame de fond qui envahit le net » (toujours des métaphores pompeuses pour remplir…), et la « haine » etc., mais France-Echos n'est pas nommé explicitement dans cette phrase. Autrement dit, le Mrap procède une fois de plus par des amalgames : on lance une phrase généraliste et grandiloquente, au milieu d'un communiqué consacré à France-Echos, sans que l'accusation de la phrase porte sur France-Echos. On prête ainsi à notre site des intentions qui ne sont pas les siennes.

Cette méthode est assez courante chez les islamogauchistes, et pour bien en comprendre l'absurdité, imaginez un article consacré uniquement à Mouloud Aounit, et qu'on place au milieu de celui-ci :« L'adultère est une lame de fond qui envahit… » etc. On crée un amalgame laissant croire que le président du Mrap trompe son épouse ou est cocu. C'est d'ailleurs la même méthode qui a été utilisée dans la phrase sur SOS Racaille déjà citée. Pourtant, quand Richard Durn, militant socialiste et vert, a décimé la moitié du conseil municipal de Nanterre, on n'a jamais dit que le P.S. ou les Verts sont des partis appelant à tuer les élus. Le Mrap, lui, n'hésite pas à utiliser ce genre de méthodes abjectes dans ses communiqués… et ose parler d'« amalgames ». On croît rêver.

On poursuit la lecture du communiqué, toujours à la recherche du motif de la plainte « décidée » : « Fort de l'impunité, après avoir diffamé des personnalités religieuses, associatives, politiques, ces fascistes du net, passent du virtuel au réel en coordonnant des campagnes contre les élus de la République qui acceptent la construction de mosquées dans leurs communes. »

Leçon de droit et de français à destination des indigènes du Mrap

Le Mrap nous accuse d'avoir « diffamé des personnalités religieuses, associatives, politiques ». Est-il capable de donner UN SEUL EXEMPLE de « diffamation », c'est-à-dire d'un propos de France-Echos contre lesdites « personnalités » qui soit non fondé ou inexact ? Car il faut apprendre LA LANGUE FRANCAISE, Monsieur Mouloud Aounit, et accessoire le DROIT FRANÇAIS qui n'est pas la charia ! Ouvrez un dictionnaire ou un code pénal : la « diffamation », en langue française et en droit français, repose sur l'allégation de « faits précis non fondés ou inexacts ». Est-il infondé de dire que vous vous défiliez avec les islamistes de l'UOIF (branche française d'une internationale islamiste et jihadiste) alors que la presse venait de révéler les ignobles propos de leur prêcheur négationniste et antijuif Hassan Iquioussen ? Est-il inexact de dire que Dalil Boubakeur a charcuté un verset coranique antijuif pour lui faire dire que l'islam condamnait tous les meurtres (alors que ledit verset, tout au contraire, autorise le meurtre contre ceux qui s'attaquent à l'islam) ? Nous pourrions multiplier les exemples : nous pouvons ainsi FONDER toutes nos accusations contre des gens, contre leurs actes, contre leurs propos ! Tout ce que nous disons, nous le prouvons, citations systématiques à l'appui. Nous ne « diffamons » pas, nous critiquons des « personnalités religieuses, associatives, politiques » pour ce qu'elles font et ce qu'elles disent, pour leur takia, leurs mensonges, pour leurs contradictions avec les idéaux qu'elles prétendent défendre, et pour leur collaboration avec le fascisme vert.

Désolé de dire une vérité qui vous gêne, Monsieur Mouloud Aounit, mais nous ne sommes ni en URSS ni en Arabie Saoudite, où on peut faire des procès en sorcellerie contre les opposants à une pensée unique imposée. Vous devez vous tromper de pays, vous qui voulez restaurer le délit de blasphème, vous qui intentez un procès à des journalistes parce qu'ils publient une caricature de celui que vous appelez respectueusement « le prophète », vous qui assimilez l'islamophobie à du racisme, vous qui voulez faire taire vos contradicteurs Malek Boutih ou Alain Finkielkraut parce qu'ils dénoncent vos dérives racistes. Oui nous avons LE DROIT en France de critiquer des propos de « personnalités » ! Il n'y a pas plus de crime de lèse-Aounit, de lèse-Boubakeur, de lèse-Mahomet, de lèse-communisme que de délit de blasphème dans les lois françaises, que cela vous plaise ou non.

Des élus harcelés par… deux lettres

Et on lit ensuite, toujours dans la même veine : « Des élus communaux font l'objet de harcèlements organisés à partir du site France-Échos, ainsi dans la commune du Muret, dans la région toulousaine (cf. article joint). » Faux, encore une fois ! Le Mrap ment et nous fait dire ce que nous n'avons pas dit. France-Echos a critiqué ces élus non pas pour les raisons invoquées, mais à cause du soutien PUBLIC (en séance de conseil municipal) de ces élus au financement PUBLIC (avec l'argent du contribuable laïque) de cours d'arabe et de Coran ; et aussi à cause du financement PUBLIC du culte musulman par ces élus de la République. Il est vrai que Monsieur Mouloud Aounit, qui réclame la restauration du délit de blasphème et veut imposer des menus hallal dans les écoles laïques, a une curieuse conception de la laïcité et des valeurs de la République qui a accueilli ses parents ! D'ailleurs le Mrap n'est-il pas dénoncé pour son combat antilaïque et pro-islamiste par des organisations laïques et républicaines de gauche comme de droite ?

Et de quel « harcèlement » parle le communiqué du Mrap ? Hé bien justement… il évite soigneusement d'en parler : il s'agissait d'envoyer aux élus en questions, selon le site Coranix, de « redoutables cartes postales » (représentant un monument français par exemple) pour exprimer son désaccord. Tu parles d'un « harcèlement », alors que le Mrap ne cesse de harceler, de diffamer, de traîner dans la boue des gens comme Louis Chagnon ou les propriétaires du gîte des Vosges, entraînant des agressions verbales ou physiques REELLES contre ces victimes. D'ailleurs le communiqué du Mrap « oublie » de préciser que dans le cas de Muret, le « harcèlement » prétendu par seulement deux élus (une communiste et un Vert) se réduisait… à deux courriers, l'un reproduisant un article de France-Echos, l'autre simulant une lettre de remerciement écrite par des musulmans. Il vaut mieux en rire !

Le Mrap vole au secours des Kamarades zélus

Mais au moins, en évoquant l'affaire de Muret, le Mrap avoue ENFIN la raison de son communiqué : rendre service à ses amis communistes et Verts mis en cause par France-Echos ! La campagne de diffamation avait commencé dans la presse, par une ou deux dépêches AP et le fameux article de la Dépêche du Midi nous traitant de « racistes » et nous comparant en des skinheads tout en disant que nous n'avions rien à voir avec eux. Comme le lynchage médiatique semblait échouer, on fit appel une semaine plus tard à la Pravda française du communisme aux 100 millions de mort, c'est-à-dire l'Humanité qui a son tour pondait son petit caca islamogauchiste. Mais la sauce n'a pas pris : tout au contraire, cette publicité fut très contre-productive, et nous remercions une fois de plus ces journalistes-commissaires du peuple de nous avoir apporté de nouveaux lecteurs de gauche. Alors dix jours après la bourde de l'Huma, c'est le Mrap qui vient au secours de ses compagnons de (dé)route communistes et islamophiles, d'où le communiqué contre France-Echos ! Certes, on ne sait toujours pas les motifs juridiques de la plainte « décidée » par le Mrap, qui ne fonde toujours pas ses saloperies contre nous par des faits et des citations, mais on sait au moins pourquoi ces alliés du Hezbollah et de Tariq Ramadan nous consacre tout ce communiqué : il fallait renvoyer l'ascenseur aux Kamarades du Parti.

Il s'agit donc d'une intimidation à forme judiciaire par solidarité communiste. L'affaire est élucidée.

France-Echos, Sarkozy, même combat !

La suite est savoureuse (dommage c'est bientôt fini) : « La proximité sémantique de ces racistes avec certaines déclarations officielles, ainsi l'usage du mot « racaille » pour désigner les jeunes des banlieues, ne doit pas justifier l'inaction. » Quel charabia, là encore ! Et quel mensonge ! Ni Nicolas Sarkozy (dont le Mrap n'ose citer le nom) ni France-Echos ne traitent « les jeunes de banlieues » de « racailles » ! Nous désignons de ce terme (quand ce n'est pas les intéressés eux-mêmes qui revendiquent ce qualificatif) les jeunes délinquants, incivils, marginaux, refusant de s'intégrer et de respecter nos lois et nos valeurs, etc. Il n'y a que le Mrap, une fois de plus, qui généralise l'acception du mot pour nous faire croire que le mot « racaille » (qui existait déjà au 12ème siècle pour désigner… les racailles) serait raciste. Là encore, les gens qui pondent ce type de conneries devraient apprendre la langue française, et se rendre compte que les mots y ont un sens, contraire au galimatias-langue de bois du Mrap.

Et pour rire encore un peu, le Mrap nous fait un autre superbe aveu dans cette phrase : Nicolas Sarkozy ou d'autres politiques ayant fait des « déclarations officielles », disent de plus en plus « comme nous à France-Echos » ! Hé oui, les chapes de plomb que veut imposer le Mrap et consorts s'effritent, les faits sont têtus et les Français se rendent compte du terrorisme intellectuel qu'on veut leur imposer. Les politiciens sont obligés de suivre… puisqu'ils ne peuvent plus cacher les réalités. Merci au Mrap d'avouer le développement de la Résistance, et son incapacité à la faire taire.

Cette partie du communiqué commet la même contradiction qu'une lettre publique débile du raciste Taoufic Mathlouti à Nicolas Sarkozy, que nous n'avions même pas commentée tellement le personnage est inintéressant. Mathlouti, tout comme le Mrap ici, accusent Nicolas Sarkozy de dire la même chose que France-Echos, et puis lui demandent de censurer notre site ! Il faudrait quand même avoir un peu de logique dans sa tête si on veut être crédible ! (Le communiqué du Mrap reprend d'ailleurs d'autres points de la lettre de Mathlouti à Sarkozy : accusations récurrentes de « racisme », supposition fallacieuse de passages à l'acte violent, comparaison avec la Tribu K, etc. Finalement, nous consacrerons peut-être un article à une mise en parallèle des deux discours islamophiles…)

On remarque également que le Mrap demande au ministre de l'Intérieur de censurer notre site… tout en lui reprochant « une complaisance par inaction » ! Là encore, on ne peut pas dire que le mouvement de Mouloud Aounit fasse dans la diplomatie, alors même qu'il est dans le collimateur de la place Beauvau suite à ses scandaleuses déclarations comparant l'expulsion légale des étrangers illégaux aux rafles anti-juives pour les camps de la mort nazis. « Nazifier » Sarkozy et lui demander de censurer un site tout en lui reprochant de dire la même chose que ce site, on peut difficilement faire plus idiot. Il y a vraiment quelques neurones qui ont dû sauter au moment de la rédaction de ce communiqué !

Ah, le bon temps de l'URSS et de la charia !

Et après toutes ces conneries plus énormes les unes que les autres, le mouvement islamogauchiste conclut sur un stéréotype d'une banalité surprenante : « Le Mrap exige des mesures rapides et efficaces pour mettre hors d'état de nuire cette organisation raciste qui sévit la toile et décide de déposer plainte contre le site france-echos. » Quelles « mesures rapides et efficaces » ? Exigées auprès de qui ? Le Mrap semble n'en avoir aucune idée, et au demeurant il serait incapable de justifier de quelconques « mesures » par rapport au droit français. Et de quel droit le Mrap « exige » quoi que ce soit ? Qui est-il, qui représente-t-il (à part lui-même) pour s'arroger ce droit ? Il se croit, là encore, chargé de la police politique ou religieuse ? Quelle outrecuidance, quel déni de l'Etat de droit, quelle ignorance des règles républicaines ! Mais aussi quel aveu du terrorisme intellectuel que veut exercer le Mrap sur les autorités françaises !

Et le Mrap ne se contente pas d'« exiger » on ne sait quelle mesure auprès d'on ne sait qui, il livre le fond de sa pensée totalitaire : « mettre hors d'état de nuire » des opposants, en leur prêtant des intentions qu'ils n'ont pas, en les menaçant, en les diffamant et en les insultants. Bref, le Mrap se comporte en parfaite petite milice fasciste qui rappellent les heures les plus sombres de notre histoire.

En résumé, voilà un baratin infâme, sans l'ombre du début d'un argument fondé, écrit par des petits ayatollahs autoproclamés qui se croient encore en URSS ou déjà en Arabie Saoudite.

Et si quelqu'un doit être mis « hors d'état de nuire », c'est bien le Mrap, mouvement factieux et dangereux, et d'ailleurs même le ministre de l'Intérieur commence à en avoir marre de ces officines qui non seulement ont un pseudo-« antiracisme » des plus discriminatoires et qui s'allient aux islamistes, mais qui en plus soutiennent ouvertement des clandestins illégaux, ce qui est un délit puni par la loi. Alors quand on se met volontairement hors-la-loi et qu'on défile avec des racistes et des pro-terroristes, Monsieur Mouloud Aounit, on ne fait pas appel à la justice qu'on bafoue par ailleurs ! Il faut tout de même être un peu logique dans votre tête, à défaut d'être honnête intellectuellement. On ne peut pas déposer une plainte au nom d'une loi et appeler publiquement par ailleurs à désobéir à une autre loi. Ou alors on ne reconnaît plus la loi française, mais seulement sa propre loi, c'est-à-dire la loi de la jungle.

Le Mrap défile avec des terroristes qui nazifient Israël mais ne présente aucun danger pour la paix

Le Mrap ose nous accuser de « créer des peurs et des tensions dangereuses pour la paix civile » ! Mais quand il cautionne par sa présence des appels à la mort d'Israël en plein Paris, quand il soutient le Hezbollah terroriste, quand il ne cesse de diaboliser les Français comme « racistes » et colonialistes, quand il se fait l'allié des « racailles », des étrangers illégaux et des barbus anti-laïques, on voit (et par des faits avérés, par des élucubrations),QUIcrée des peurs et QUImenace la paix civile ? Quand on déballe une haine ignoble contre Louis Chagnon parce qu'il dénonce le racisme de Mahomet, contre les propriétaires du gîte des Vosges comparés par le Mrap-Vosges à des profanateurs de cimetières, quand on se permet d'insulter et de diffamer des patriotes antiracistes, on menace clairement la paix civile et l'amitié entre les communautés. Oui, le Mrap doit être mis « hors d'état de nuire », car c'est un groupuscule factieux qui défend deux idéologies dangereuses : le communisme et l'islam. Staline associé à Mahomet, ça ne fait pas que « créer des peurs et des tensions », hélas… Les 100 millions de morts du communisme et les 14 siècles d'horreurs de l'islam, c'est quantitativement pire que le bilan du nazisme. Curieux que le Mrap n'ait jamais dénoncé ces racismes-là ! Mais bon, maintenant qu'il défile carrément sous les bannières du Hezbollah et qu'il ne condamne même plus les slogans d'appels à la haine et à la violence raciale de ses co-manifestants, on comprend mieux.

Les grosses ficelles au service des élus de Muret

Alors le Mrap, malgré toutes ses casseroles, « décide de déposer plainte contre le site france-echos » ! Il n'a vraiment pas peur des contradictions. Mais plainte pourquoi ? Le groupuscule islamogauchiste ne l'a pas dit, et on a compris pourquoi ! Tout au long de son communiqué, il n'a apporté aucune preuve d'un quelconque délit qui fonderait une plainte recevable en justice, et avoue même que France-Echos « échappe » aux lois antiracistes ! (On enfonce le clou : faut vraiment être bête pour non seulement se contredire, mais en plus tirer un aussi beau but contre son camp !)

Hélas (pour lui), le Mrap n'a aucune raison juridique de porter plainte contre France-Echos, sinon il aurait donné ses raisons, cité des propos, tout comme il le fait quand il accuse telle ou telle personne de déclarations diffamatoires ou insultantes. Mais les ficelles de la construction du communiqué sont trop grosses : Au milieu d'un pathos verbeux de généralités diffamatoires, l'attention est concentrée sur les « personnalités », puis sur les « élus de la République » pro-mosquées, puis sur les « élus communaux », et enfin sur les élus « du Muret », c'est-à-dire les deux soldats de l'islamocommunisme qu'il fallait aider.

Ils ne s'arrangent pas au Mrap ! On connaissait leurs gros sabots, mais là ils se surpassent dans la maladresse. On dirait presque que ça les a agacés de renvoyer l'ascenseur à leurs amis tant la construction du communiqué est grossière et bâclée.

Le Mrap ne fait plus illusion

Le Mrap n'en est pas à sa première intimidation juridique contre des contradicteurs, ou pour défendre ses alliées communistes et islamistes : de Louis Chagnon au gîte des Vosges, ces méthodes de terroristes intellectuels sont connues. Mais cette officine qui utilise un galimatias digne de l'Inquisition ne nous impressionne plus. Si par extraordinaire elle arriverait à nous donner une tribune dans les prétoires, alors nous justifierions chacune de nos affirmations, comme nous l'avons toujours fait sur France-Echos, et nous profiterions de cette tribune pour faire connaître aux Français, s'il en était encore besoin, la vraie nature du mouvement de Mouloud Aounit. Celle-ci est largement décrite par des centaines d'articles, de gauche comme de droite, et par trois ou quatre rapports totalement basés sur des faits et des preuves. Il suffit de se servir ! Là encore, le Mrap a menacé les auteurs de ces rapports de poursuites judiciaires, et bien évidemment n'a jamais donné suite, tout simplement parce qu'il n'a jamais été capable contester la moindre phrase de ces rapports et de ces articles.

Les Français ont-ils encore besoin de ces preuves ? Il suffit de voir les réactions des auditeurs de RMC après la dernière prestation de Mouloud Aounit sur cette antenne : 95% des messages étaient hostiles au Mrap et à Mouloud Aounit, pour toutes les raisons déjà largement évoquées sur France-Echos : soutien aux racistes, aux terroristes, aux délinquants, aux clandestins. Et dans un sondage d'expression-publique.com sur le « terrorisme intellectuel », le Mrap, mouvement pourtant peu connu du grand public, était cité en premier ! Oui, nos compatriotes savent que le Mrap, officine héritière du communisme aujourd'hui alliées aux délinquants et aux barbus, est un groupuscule sectaire ouvertement ennemi de la France et des Français.

Le Mrap : un dinosaure bouffi d'idéologies arriérées

Désolé, Monsieur Mouloud Aounit, mais le temps de votre terrorisme intellectuel au service du communisme aux 100 millions de morts, des islamistes et du racisme anti-français est révolu. Nous sommes en France, pas en URSS ou en Arabie Saoudite. Il faudra vous y faire ou changer de pays avant que les Français ne vous demandent de rendre des comptes devant leur justice. Votre communiqué ridicule a au moins l'avantage de nous faire rire, mais il n'effacera pas les preuves de vos forfaits. Pire encore : il confirme votre vraie nature propagandiste et mensongère, par votre incapacité à aligner des arguments factuels au milieu de cette logorrhée idéologique d'un autre siècle, et votre volonté fasciste de faire taire par la menace et la force vos contradicteurs.

Vous êtes un has been et un looser, Monsieur Mouloud Aounit. Le mur de Berlin est tombé, et le mur de l'islamisme tombera aussi. Vous avez choisi le camp des fascistes rouges puis celui des fascistes verts, des racailles et des étrangers illégaux. Vous avez décidé de vous afficher avec l'UOIF, avec Tariq Ramadan, avec des délinquants aux lois sur l'immigration, avec des gens appelant à l'éradication d'Israël. C'est votre choix ! Mais vous avez fait une erreur : vous pensiez défendre l'indéfendable en utilisant des méthodes soviétiques ou islamistes, et ça ne marche plus ! Nous sommes au 21ème siècle, pas au 20ème et encore moins au 7ème.

Quoi, au pire, vous feriez cesser France-Echos, et on se demande vraiment sur quelles bases juridiques (à moins que vous n'utilisiez des méthodes musclées). Et alors, arrêterez-vous pour autant la prolifération des sites qui dénoncent l'islam, l'islamisation, les racailles, le Mrap, etc. ? Arrêteriez-vous la prise de conscience des citoyens et des politiques ? Allez-vous trépaner les Français pour leur faire admettre de force vos idéologies arriérées et démenties par les faits ? Soyons sérieux : vous avez peut-être encore une capacité de nuisance, mais vous avez déjà perdu parce que vous vous battez sur des idéologies fascisantes et démenties par la réalité des faits. Le communisme est bien mort, et l'islam conquérant a signé son propre arrêt de mort le 11 septembre 2001.

Aounit et le Mrap : erreurs de casting et de comm'

Et quoi qu'il en soit, rien n'autorise le Mrap à pondre des torchons diffamatoires comme ce communiqué contre France-Echos. Ces délits ne resteront pas impunis : l'Histoire nous a montré que la justice finit toujours par triompher. Préparez-vous plutôt à assumer les conséquences de vos erreurs, Monsieur Mouloud Aounit, qui n'avez même pas le courage d'aller aux procès où vous êtes accusés. Vous avez raison, d'un certain côté. Rien que l'apparition de votre visage ou de votre voix sur les ondes, alignant les contrevérités sur un ton haineux et antipathique, suffit à vous auto-discréditer et à ridiculiser tout le Mrap, y compris les militants sincères qui s'opposent à vos dérives islamistes et discriminatoires. Vous devenez moins sûr de vous, vous êtes contesté et même détesté publiquement : le forum de RMC suite à votre piteuse prestation en est la preuve.

Dernière leçon à tirer de ce communiqué : si des élus islamo-communistes, devant l'échec de leur contre-feu à la révélation de financements publics de l'islam, ont dû faire appel au Mrap comme ultime soutien après l'Humanité-Pravda, c'est qu'ils sont tombés encore plus bas qu'on ne pouvait l'imaginer, et qu'ils font même preuve d'un certain masochisme. Car enfin, pour défendre une cause quelconque, on va chercher des gens respectables, mais pas le Mrap qui s'affiche avec Tariq Ramadan et les drapeaux du Hezbollah, et qui est désormais boycotté par toute la gauche républicaine comme par l'ensemble de la droite ! On voudrait saboter une campagne qu'on n'agirait pas autrement ! Cette alliance du PCF paralytique et du Mrap aveugle sur fond de mosquées et de madrassas financées par le contribuable français ferait presque peine à voir, si tout ce beau monde ne bafouait pas les lois de la République auxquelles il dit aujourd'hui faire appel. C'est ridicule, pitoyable et grotesque.

Et en plus on l'avait prédit !

En commentant l'article de l'Humanité lui aussi consacré à l'aide aux élus islamocommunistes de Muret, FPB écrivait le 23 août sur France-Echos : « Bon on a eu la Dépêche du Midi, régionale de l'étape, dont un journaliste cru bon de rendre service à des élus locaux en nous assimilant à des skinheads, ce qui n'a provoqué que rires ou indignations. L'AP a relayé en copiant-collant. Cinq jours plus tard l'Huma fait une piqûre de rappel. Et maintenant ? On attend toujours le communiqué du Mrap, et la dépêche AFP qui va avec ! (…) »

Voilà, le communiqué du Mrap est arrivé, comme annoncé ! Mais il faut avouer que ce n'était pas difficile à prévoir : qui peut encore soutenir des élus du PCF aujourd'hui, à part des groupuscules encore plus petits qui en sont ses pseudopodes ? Il n'y avait guère que le Mrap qui pouvait s'y coller ! En effet, on voit mal la LCR, par exemple, elle aussi membre de la sainte alliance islamogauchiste, voler au secours du PCF qui est un concurrent politique à l'extrême-gauche. Quant aux Verts, ils sont en pleine fitna interne suite à des affaires comme celle des élus de Roubaix, des Indigènes de la République, des manifs anti-laïques, etc.

Que représente le Mrap aujourd'hui ? C'est facile de le déterminer grâce à leurs manifestions désertées où l'on peut compter les « mrapistes » un à un : au total, quelques 300 militants actifs sur toute la France, dont une bonne partie de permanents survivants aux crochets du contribuable. (De moins en moins, heureusement, car les subventions se font de plus en plus rares, et les affaires d'étrangers illégaux ou de drapeaux du Hezbollah vont encore faire chuter les rentrées d'argent public au Mrap !) Le Mrap, détesté par toute la classe politique sauf une partie de l'extrême gauche, et qui horripile les Français à chaque intervention publique, ne représente plus que le Mrap lui-même et lui seul, déchet du communisme aux 100 millions de mort, qui se recycle auprès des islamistes, et maintenant auprès des hezbollati de banlieue et des délinquants aux lois sur l'immigration. Alors quand le Mrap annonce pompeusement qu'il « décide de déposer plainte contre le site France-Echos », qui pourrait encore le croire et le suivre dans ses élucubrations ?


Un site (parmi bien d'autres… que le Mrap ne poursuivra pas

Al quaïda en français : http://www.minbar-sos.com/

Les terroristes démoniaques ont leur site : Minbar-Sos, forum de soutien aux terroristes arrêtés baptisés par euphémisme "infos des détenus dans le monde". Voyagez dans ce site où la raison marche sur la tête, où l'on fait la publicité d'un livre d'une frappadingue dont le mari a assassiné Massoud, où l'on rédige six pages d'hommage à Zarkaoui, où les vidéos de meurtres pullulent.

Apprenez à lire l'horreur qui se lit derrière tous les euphémismes et une parole a priori mesurée, allez jeter un coup d'œil sur Minbar-sos.

Cadeau bonus, le blog qui va avec : http://tawheed.over-blog.com/

Signalé par Michael

NDRL : Il est tout de même curieux que le Mrap s'acharne sur les sites islamophobes ou mrapophobes, et ne s'en prenne jamais aux sites jihadistes, comme par exemple mejliss.com dont nous avons dénoncé les appels à la haine et à la violence, les appels à tuer les homosexuels, l'antijudaïsme, etc. Mais c'est vrai que Mouloud Aounit copine avec le Hezbollah… et avec oumma.com !


Bravo !

Bonjour ! Je vous écrivais pour vous féliciter pour votre site ! ! C'est bon de savoir qu'on n'est pas seul et que contrairement à ce que l'on veut nous faire croire on est "normaux". Je voulais juste savoir si des fois vous organisé des manifs ou des actions ou par exemple si vous aviez des tacts ou des trucs à coller mais juste avec le nom du site, histoire de faire un peu de propagande ! ! Juste pour vous aider et du même coup servir la cause, parce que nous sommes finalement tous plus ou moins d'électrons libres, juste pour leur montrer qu'on est et qu'on sera toujours là, pour qu'ils sachent qu'il faudra compter avec nous et qu'on lâchera pas le combat ! ! ! Bravo encore et vive la France (libre) !

Ultime Gaulois


Merci !

Salut à vous !

Je vous écris pour vous remercier. Je vous remercie de dire la vérité, je vous remercie de ne pas céder aux menaces et intimidations dont vous devez certainement régulièrement faire l'objet, je vous remercie d'exister !

Moi qui ne suis qu'un modeste travailleur de 24 ans, évidemment je n'ai aucun moyen de me faire entendre.

Et pourtant si on m'en donnait l'occasion qu'est-ce que j'en aurai comme choses à dire...

Car j'en ai marre ! J'en ai marre, je n'en peux plus ! J'en ai marre de voir mon pays envahi par des gens qui nous haïssent et qui ne respectent pas nos lois ! J'en ai assez de voir des femmes habillées comme en Arabie Saoudite quand je prends le RER ! J'en ai assez des regards haineux et des insultes que me jette au visage la racaille !

Les Espagnols, les Portugais, les Italiens, les Asiatiques, tous ont travaillé et se sont intégrés en France. Alors pourquoi est-ce que eux refusent de le faire ? Pourquoi les chrétiens, les juifs, les bouddhistes, les athées, les raéliens et que sais-je encore, pourquoi est-ce que tous les autres groupes laissent leurs croyances chez eux, au lien d'empoisonner tout le pays comme les islamistes ?

Pourquoi, au lieu d'être discret, leurs femmes arborent des vêtements intégristes, c'est comme si elles nous disaient : "Vous les femmes occidentales, vous êtes des perverses et des vicieuses, et bien nous, nous sommes soumises et nous en sommes fières !"

Pourquoi ces sales racailles, ces ignobles racailles, ces sales racailles ignobles et infâmes, pourquoi sont-elles aussi arrogantes et haineuses ? Pourquoi est-ce que c'est cool d'écouter du rap et de cracher sur la France, pourquoi est-ce que c'est une honte d'être français et une fierté d'être algérien ? Pourquoi, alors qu'ils sont nés en France, parlent-ils avec cet accent insupportable ?

Pourquoi, pourquoi, pourquoi ? Pourquoi des clandestins maliens, qui s'installent ici illégalement, qui occupent des immeubles qui ne leurs appartiennent pas illégalement, ont-ils le droit à des logements sociaux, au frais du contribuable, alors que certains travailleurs français attendent depuis des années avec toujours la même réponse "il n'y a pas de place" ?

Je vous remercie pour ce que vous faites, vous parlez au nom du peuple, vous êtes la voix du peuple !

Je vous en conjure, ne cédez pas aux intimidations, ne cédez pas aux menaces, continuez d'exister !

Michel, un simple français de 24 ans.

Imprimez cet article (recto-verso) et envoyez-le à la fédération du MRAP la plus proche de chez vous afin qu'ils sachent que la propagande manipulatoire des MRAPistes ne trompe plus personne ! Vous pouvez éventuellement y joindre un tract de présentation de l'islam.

La Rédaction
redaction@france-echos.com

Retour aux archives