Traduction de la page :  Anglais  Espagnol  Allemand  Italien  Néerlandais  Portugais  Français
accueil | qui sommes-nous
contact | agenda
liens
   Dossiers   
   Régions   
   Services   
   Partenaires   


>>> Téléchargez l'argumentaire anti-islam
et PARTICIPEZ A L'OPERATION NON STOP : SITA (Sensibilisation à l'Islam Tous Azimuts) <<<

Terrorisme intellectuel MRAP - LDH

Quand le Mrap justifiait les attentats du 11 septembre…

… en faisant porter leur responsabilité sur « les Etats-Unis » et « l'Occident ». Retour sur l'un des plus abjects exercices de takia et de crapulerie intellectuelle de l'officine de Mouloud Aounit, qui sait s'inspirer des méthodes de ses mentors communistes et islamistes.

Le monde entier célèbre le cinquième anniversaire des plus grands attentats terroristes de l'Histoire contemporaine, tandis que le Mrap défraie à nouveau l'actualité. Voyons comme ce mouvement islamogauchiste avait réagi en septembre 2001.

Les « fanatiques » de l'islam avoués et escamotés

Plusieurs prises de positions récentes du groupuscule de Mouloud Aounit m'ont rappelé son traitement du 11 septembre.

Tout d'abord, j'ai noté une belle perle dans sa fatwa contre France-Echos (1) : « De fait, ces sites procèdent d'une stigmatisation des populations concernées en les assimilant systématiquement aux courants fanatiques de l'islam ». Outre que la tournure ampoulée « procèdent d'une stigmatisation » et l'affirmation « de fait » servent à masquer l'absence totale de preuves de cette calomnie, le Mrap commet un bel aveu en parlant des « courants fanatiques de l'islam ». Il reconnaît donc que ce « fanatisme » islamique existe, et qu'il est condamnable.

Or qu'est-ce qu'un « courant fanatique de l'islam » ? Le Mrap se garde bien de donner la moindre définition. Le fanatisme, en français, c'est une passion intransigeante, un zèle aveugle pour une doctrine ou une personne. Dans le cas de l'islam, c'est ce qu'on appelle l'islamisme, le fondamentalisme, l'intégrisme, c'est-à-dire l'application intègre et fondamentale de la doctrine coranique et mahométane, dont on connaît les dogmes abjects : sexisme, haine, guerre, racisme, etc. Le Mrap reconnaît donc implicitement (et sans doute involontairement) cette réalité exégétique et historique. Pourtant, comme on le verra, le Mrap escamote cette évidence dans les rares fois où il évoque des exactions commises au nom de l'islam.

Le Mrap anti-mollahs mais pro-Hezbollah

Un autre communiqué récent du Mrap a attiré mon attention : « le MRAP indigné par les propos négationnistes du porte parole du gouvernement iranien » (2). Lisons-le en entier, pour ne pas être accusé de falsification :

« Le MRAP exprime sa plus vive indignation suite à la provocation négationniste du porte parole du gouvernement iranien Namid Reza Assessi.

Dans la pure logique et tradition de ces "chiffonniers de l'Histoire" le porte parole du régime des mollahs vient d'affirmer que "l'ampleur de l'Holocauste des Juifs pendant la seconde guerre mondiale a été exagérée". Ces propos visant à relativiser l'horreur de l'Holocauste sont une insulte et une offense à la mémoire des victimes de ce crime contre l'humanité.

Cette ignoble provocation qui survient après les propos antisémites et les menaces de détruire l'Etat israélien tenus par le Président iranien, l'organisation d'une immonde exposition de caricatures sur l'Holocauste ; les graves violations quotidiennes en matière des Droits de l'Homme (tortures, excéutions (sic), atteintes au droit des femmes, lapidations...) doivent amener la communauté internationale à mettre ce régime criminel et dangereux des mollahs au ban des Nations.

Face à la situation dramatique et inquiétante que vit le Proche Orient, il y a plus que jamais besoin de justice, de respect et de droit et non de provocation haineuse et de violences. »

Curieusement, le Mrap dénonce le « régime criminel et dangereux des mollahs », mais omet de nommer la nature dogmatique de ce régime, qui est une dictature islamique fondée sur l'application intégriste de l'islam. Aucune allusion à la religion de Mahomet dans ce communiqué, alors que c'est bien le fondement de l'antijudaïsme des discours des « mollahs » iranien. Qui plus est, le Mrap parle bien de « graves violations quotidiennes en matière des Droits de l'Homme (tortures, excéutions (sic), atteintes au droit des femmes, lapidations...) », mais ne dit pas que ces « violations » résultent de l'application de la charia, c'est-à-dire la loi islamique. On peut tout de même s'étonner que le Mrap qui se prétend « antiraciste » (ce qui ne trompe plus personne) ne dénonce jamais une doctrine raciste, sexiste, haineuse et guerrière, même dans sa version « fanatique », alors qu'il ne cesse de fustiger la « lepénisation » des Français à propos de tout et n'importe quoi.

Cette pieuse déclaration contre le régime iranien se garde donc de toute allusion à l'islam ou à l'islamisme. Or le Mrap a défilé en juillet 2005 sous les drapeaux du Hezbollah accompagnés de slogans « nazifiant » Israël et de cris « Allah Akbar ! » Mouloud Aounit, sommé de s'expliquer sur cette complicité dans l'émission « Les Grandes Gueules » de RMC (3), s'est bien gardé de répondre à la question précise posée quant à sa participation personnelle à cette manifestation. Il a détourné le débat en accusant Israël (classique inversion des coupables et des victimes, mais nous y reviendrons). Pire encore, il a qualifié avec bienveillance le Hezbollah de mouvement « résistant ». Quand on sait que cette organisation terroriste est un pseudopode des mollahs iraniens, que son discours et sa doctrine sur Israël et les Juifs n'ont rien à envier à ceux desdits mollahs (et pour cause…), on voit donc que le Mrap utilise parfaitement le double discours, consistant à critiquer le régime iranien sans faire allusion à sa doctrine, et soutenant par ailleurs ses jihadistes libanais.

C'est une méthode de « takia » qui rappelle celle de Tariq Ramadan, le compagnon de route de Mouloud Aounit. Les Occidentaux lisent : « Le Mrap condamne le régime iranien, ses lapidations, ses exécutions, etc. », tandis que les musulmans ne trouvent aucune accusation de l'islam ou de l'islamisme dans ce communiqué, et les plus « fanatiques » peuvent se prévaloir du soutien du Mrap à l'une de leur manifestation.

Musulmans et Palestiniens seules victimes du 11 septembre

Voyons maintenant comment le Mrap a réagi aux attentats islamistes du 11 septembre. On ne retrouve plus ses communiqués sur son site internet depuis que l'ancien webmaster Gerard Kerforn est parti avec les clés pour cause de différend d'avec la ligne islamique de Mouloud Aounit. Mais on les retrouvera aisément par Google.

Le 11 septembre 2001, c'est-à-dire le jour même des attentats les plus sanglants de l'Histoire contemporaine, le Mrap publie le communiqué suivant :

« Attentats aux Etats-Unis : l'horreur et l'inquiétude imposent la vigilance

C'est avec horreur et effroi que le MRAP apprend les trois attentats terroristes visant respectivement les tours du World Trade Center de New-York et le Pentagone à Washington. Le MRAP condamne avec la plus forte énergie ces actes de folie barbare, sans précédent. Aucune cause au monde ne peut justifier l'injustifiable.

Par ces attaques terroristes, le pire est atteint. Et pour la cause palestinienne, de tels actes représentent une catastrophe.

Le MRAP en appelle à la vigilance contre tout dérapage ou exploitation de ces actes, qui viserait à discréditer la communauté musulmane, en France et dans le Monde.

Le MRAP plus que jamais en appelle à raison garder. Il restera mobilisé, aux fins de faire triompher au Proche-Orient une solution pacifique, qui garantisse les droits du peuple palestinien à un Etat, et au peuple israélien la sécurité. »

On voit tout de suite qu'alors que le monde entier compatit avec le peuple américain, et avant même que la responsabilité islamiste soit établie, le Mrap n'a pas un mot, PAS UN SEUL MOT pour les victimes. Par contre, il embraye immédiatement sur « la cause palestinienne » (pourquoi celle-ci et pas une autre ?), le « Proche-Orient » (c'est une obsession !), et… « la communauté musulmane, en France et dans le Monde ».

Autrement dit, pour le Mrap, les victimes du 11 septembre sont plutôt les musulmans et les Palestiniens, victimes hypothétiques, et non les Américains, victimes réelles. Non seulement il est fort curieux que le Mrap, qui accuse sans cesse ses adversaires d'« amalgames » et de « stigmatisation », fasse ici un superbe « amalgame », mais en plus il opère une tromperie abjecte sur les victimes.

Takia-fleuve du Mrap sur le 11/9

Après cette rapide réaction à chaud, le Mrap publie un second communiqué le 22 septembre. Là encore, il faut le publier en entier pour ne pas être accusé de falsifier les citations :

« Déclaration du Conseil national du Mrap

Nous avons ressenti l'horreur des attentats du 11 septembre qui ont frappé le peuple des Etats-Unis. Aucune cause ne peut justifier de tels massacres. Les conséquences de ces actes, quels qu'ensoient les mobiles et les revendications, sont toujours politiquement néfastes.

Dans ces instants d'émotion encore très vive, le Mrap appelle à la vigilance contre tout amalgame ou exploitation qui viserait à jeter la suspicion sur les musulmans, tant en France que dans le monde, et servirait de prétexte à la mise en place d'une Europe policière restreignant les libertés et dont seraient victimes tous ceux qui s'opposent au consensus.

Nous devons penser à toutes les victimes des fanatismes, des répressions, des guerres, de toutes les tragédies qui endeuillent notre monde contemporain. Tous les êtres humains ont la même valeur et ont droit au même respect, on l'oublie souvent. Il n'existe aucune religion ni aucune idéologie dans le monde qui ait échappé à l'interprétation terroriste de l'idée de vérité. Les notions de bien et de mal, dans l'absolu, mènent à l'atrocité. Plus que jamais, le monde a besoin de recourir à la rationalité et à la critique.

Dans la crise actuelle (qui dure depuis beaucoup d'années), les grandes puissances, dont les Etats-Unis, ont leur part de responsabilité. Elles ont largement contribué, malgré les valeurs démocratiques qu'elles brandissent de par le monde, au développement des mouvements intégristes pour contrer les dynamiques démocratiques et progressistes des peuples. Les désordres économiques, sociaux, les injustices à l'échelle mondiale, les frustrations nées de la misère, de la non-résolution politique des conflits, le non-respect du droit des peuples (du peuple palestinien par exemple), fournissent un vivier de désespoir et de haine à ces mouvements extrémistes et à leurs actions.

Le Mrap demande que soient sérieusement envisagées des actions qui atteindraient uniquement les terroristes, par des mesures politiques, économiques, mais principalement d'ordre financier, tant il est clair que les groupes clandestins ont pu prospérer grâce à la bienveillance d'institutions financières, et à l'existence de paradis fiscaux, dont certains sont en Europe. Mais il exprime son inquiétude face à la montée en puissance de préparatifs militaires qui laissent craindre une riposte militaire de grande envergure. Le Mrap s'oppose par avance à des « représailles longues et dévastatrices ». Les auteurs de ces crimes doivent être arrêtés et jugés par un tribunal international sous l'égide des Nations Unies..

Il est question d'envahir l'Afghanistan. Est-il possible de croire qu'on peut aider à se libérer un peuple déjà martyrisé par la dictature des taliban, en le martyrisant à nouveau ? Une politique de représailles aveugles ne conduirait-elle pas à solidariser le peuple avec ses oppresseurs ? Le cas de l'Irak est là pour nous rappeler qu'une attaque étrangère renforce souvent les dictatures. Les bombardements ne peuvent qu'entraîner peuples et gouvernements dans un engrenage non maîtrisable. Le problème des réfugiés afghans est déjà actuel, mais il pourrait se transformer en véritable catastrophe humanitaire.

Le Mrap rappelle que c'est en exploitant de terribles inégalités et injustices, qu'ont pu prospérer les mouvements intégristes, et qu'en même temps l'Occident a trop souvent joué le jeu des dictatures, en étouffant les dynamiques progressistes en oeuvre au sud. Construire un monde nouveau ne peut se faire sans l'établissement d'une authentique démocratie, sans justice tant économique que sociale, sans que soient établis de nouveaux rapports entre le Nord et le Sud. L'idéologie propre à tous les intégrismes, le programme politique et social qu'ils mettent en avant, sont foncièrement réactionnaires et ignorent les aspirations des peuples. Le Conseil national du Mrap demande aux comités locaux d'interpeller les politiques, afin qu'ils se prononcent clairement sur l'ensemble de ces questions. »

Etats-Unis et Occident seuls responsables

Le commentaire de ce texte a déjà été fait dans le rapport « Les liaisons dangereuses du Mrap » (4), du CCTR (Collectif contre Tous les Racismes). Rappelons que le Mrap a menacé les auteurs de ce rapport (et d'autres) de poursuites judiciaires, ce qu'il n'a jamais fait, pour la bonne et simple raison qu'il n'a jamais été capable de contredire la moindre phrase de ces rapports basés sur des faits et principalement sur les propres déclarations du mouvement de Mouloud Aounit.

Voici donc ce disait le CCTR à propos du communiqué du Mrap du 22 septembre 2001.

« Le cynisme de ce communiqué est effrayant : pas une fois les coupables n'y sont dénoncés. On y cherchera en vain les mots « terrorisme », « islamisme », « Al Qaïda », « Ben Laden ». La moindre compassion envers les victimes et leur pays est absente. La moindre trace d'humanisme, d'« amitié entre les peuples » est refusée par le Mrap. L'amitié envers le peuple américain et les victimes semble exclue. Cela est écrit 11 jours seulement après les massacres, quand les corps ne sont pas encore tous identifiés.

On apprend que « les conséquences de ces actes sont toujours néfastes ».

Ainsi, « rien ne peut justifier de tels actes »… parce que les conséquences sont « toujours néfastes ». Si les conséquences, telles que nous les décrit le Mrap plus bas, n'étaient pas « néfastes » selon ses critères, faudrait-il en déduire que ces actes pourraient être justifiés ? Les conséquences pour qui ? Les victimes, les blessés, leurs familles, leurs amis, leur pays, serait on en droit de penser.

Pour le Mrap, la démarche est toute autre : Le risque est de jeter « la suspicion sur les musulmans », et de « mettre en place une Europe policière ». Donc les conséquences néfastes du 11 septembre, ce serait cela. L'inversion de la victime est caractéristique.

Heureusement « Tous les êtres humains ont la même valeur et ont droit au même respect, on l'oublie souvent », nous précise le Mrap en dessous. Effectivement le Mrap semble l'oublier souvent, et ici encore.

« Dans la crise actuelle (qui dure depuis beaucoup d'années), les grandes puissances, dont les Etats-Unis, ont leur part de responsabilité »…

Encore une fois la responsabilité incombe aux pays victimes d'attentats, partiellement cette fois, mais sûrement. C'est une constante chez le Mrap.

« Le Mrap rappelle que c'est en exploitant de terribles inégalités et injustices, qu'ont pu prospérer les mouvements intégristes, et qu'en même temps l'Occident a trop souvent joué le jeu des dictatures, en étouffant les dynamiques progressistes en oeuvre au sud. »

Ainsi, pour le Mrap, les coupables des massacres du 11 Septembre sont les USA et l'Occident. Les victimes sont : les musulmans qui risquent la suspicion, les dynamiques progressistes en oeuvre au sud et « ceux qui s'opposent au consensus ». La formulation des émules de Ben Laden est-elle si différente ?

Vient un couplet sur « tous les intégrismes » Y aurait eu plusieurs intégrismes impliqués dans les attentats du 11 septembre ?

Le Mrap parle d' « amitié entre les peuples », et « d'antiracisme », quand son intérêt pour les victimes est très sélectif. Il les oublie purement et simplement ici, pour s'apitoyer sur de possibles suspicions dont d'autres seraient éventuellement victimes par la suite. Osant transformer le pays des victimes en responsable, il oublie de qualifier, ou même de nommer les terroristes et leur courant. Pratiquement, ce discours dédouane les coupables et culpabilise les victimes.

Le terrorisme islamiste peut-il trouver une meilleure plaidoirie ? »

(fin de citation)

Pauvre Ben Laden, pauvre « jeune » en BMW

J'ajouterai simplement quelques remarques.

Le communiqué du Mrap nous rejoue le couplet du misérabilisme tiers-mondiste qui alimenterait le terrorisme islamique. On sait (et on le savait déjà le 22 septembre 2001) qu'Oussama Ben Laden, le commanditaire des attentats du 11 septembre, est un richissime saoudien, tandis que les exécutants étaient des musulmans, mais des aussi des bourgeois occidentalisés. Le Mrap utilise donc ces attentats dans un but propagandiste et idéologique fallacieux, d'autant plus que la moindre analyse différentielle démontre que de nombreux peuples miséreux du Tiers-Monde ne passent pas aux actes terroristes, mais qu'au contraire ceux-ci sont principalement une spécificité islamique dont ces peuples sont bien souvent victimes (Soudan, Inde, Indonésie, etc.)

On retrouve le même type de falsification des faits dans les discours du Mrap prenant la défense des émeutiers de banlieue dont les actes sont justifiés par « l'exclusion », alors que là encore, d'autres populations parfois plus « exclues » que les « jeunes » en BMW et Lacoste ne brûlent ni écoles ni voitures.

La « cause » du Mrap

Le Mrap dit « Aucune cause ne peut justifier de tels massacres », or c'est exactement ce qu'il fait, en accusant globalement « les Etats-Unis » et « l'Occident » : il donne une « cause » à ces « massacres », et qui plus est une cause fallacieuse comme nous l'avons vu.

On peut également remarquer que ces accusations sont tout à fait racistes, puisqu'elles portent globalement sur une nation et une civilisation, donc sur deux peuples (dont l'un est un sous-ensemble de l'autre). Donc non seulement le Mrap ne condamne nullement les dogmes racistes de l'idéologie islamique dans l'un de ses « courants fanatiques » qui est passé à l'acte terroriste le plus sanglant de l'Histoire, et qui justifie cet acte par son racisme anti-« mécréant » puisé dans le Coran, mais en plus le Mrap instrumentalise cet acte odieux pour se livrer à une diatribe raciste contre la nation américaine et les peuples occidentaux.

Là encore, les deux communiqués du Mrap sur le 11 septembre 2001 sont un exemple de « takia », c'est-à-dire du double discours comme l'utilisent les mouvements islamistes, depuis Tariq Ramadan jusqu'à l'UOIF. Les Occidentaux lisent : « Le Mrap condamne les attentats, etc. », tandis que les musulmans ne trouvent aucune accusation de l'islam ou de l'islamisme dans ces communiqués, et les plus « fanatiques » y retrouve leur aversion contre les Etats-Unis et l'Occident, et également la justification de leur jihad.

« Les Français toujours « plus ou moins » racistes »

Les rapports du CCTR (et aussi celui du CRIF) présentent bien d'autres exemples de déclarations du Mrap utilisant ce type de doubles discours, inversant coupables et victimes, épargnant l'islamisme, et accusant l'Occident, les Etats-Unis, les Israéliens ou les Français de tout et n'importe quoi.

Sur les Français, par exemple, voici un communiqué du Mrap qu'on peut encore lire sur un site local : « Les français toujours « plus ou moins » racistes » (5). Cette attaque contre « les français » (on remarque en passant que le Mrap ne sait pas qu'il faut mettre la majuscule à « Français » quand c'est un nom), est basée sur un sondage : « En 2000, 69% des français expriment à des degrés différents (12% « plutôt », 31% « un peu », 26% « pas très ») un sentiment raciste ou xénophobe et 60% jugent qu'il y a trop de personne d'origine étrangère en France, les premiers touchés par ce rejet étant les arabes dont 63% des interrogés pensent qu'ils sont trop nombreux en France. »

On s'aperçoit déjà d'un truandage des chiffres : « 69% des français expriment à des degrés différents un sentiment raciste ou xénophobe » assure-t-on, alors qu'on compte parmi eux « 26% « pas très » » xénophobes ou racistes. D'habitude, dans les sondages, on classe les « pas très » dans le score négatif ! D'autre part, dans les 43% restant, personne ne dit « franchement » ou « très » raciste ou xénophobe, mais seulement « plutôt » et même « un peu ». On est loin de tous « les Français plus ou moins racistes » Et il s'agit de « sentiment raciste ou xénophobe », ni de passage à l'acte, ni d'affichage d'opinion. Or le racisme ne se juge pas sur des sentiments, mais sur des actes et des déclarations, ou alors c'est de la police de la pensée.

Il eût été intéressant de distinguer « raciste » de « xénophobe ». En effet, le « racisme » est basé sur la croyance en l'inégalité des races, ou sur des attitudes d'hostilité, tandis que la « xénophobie » est un rejet ou une peur de l'étranger chez soi. Ce n'est pas tout à fait de même nature : on peut ne pas vouloir cohabiter avec des gens différents, tout en n'ayant aucune hostilité envers ceux-ci à cause de leur race.

Les Français sont racistes mais antiracistes

Mais le communiqué du Mrap s'appuie surtout sur le fait que « 60% jugent qu'il y a trop de personne d'origine étrangère en France ». Là aussi, on peut penser cela sans être ni raciste ni xénophobe. Pour prendre une comparaison, je pense qu'il y a trop d'obèses ou de fumeurs en France, et c'est un grave problème. Suis-je pour autant « raciste » ou « obésophobe » ? Est-ce que j'appelle à la discrimination contre les gros et les fumeurs ? Bien sûr que non, tout au contraire, je me soucie de leur problème.

Le Mrap opère donc deux glissements sémantiques : si vous pensez (je dis bien : « pensez ») qu'il y a trop d'étrangers en France, vous êtes xénophobe, et si vous êtes xénophobe, vous êtes raciste. C'est non seulement la police de la « pensée », mais également un « amalgame » sémantiquement et factuellement inexact. La meilleure preuve en est dans cet autre passage du communiqué du Mrap qui décidément multiplie les tirs contre son camp : « une majorité de français estiment que les personnes qui tiennent des propos racistes doivent être condamnés (voire même « assez sévèrement ») et une très grande majorité des interrogés jugent graves les discriminations raciales. »

Le dogme tient lieu d'« analyse sociale »

Il eût été intéressant que le Mrap, qui se prétend spécialiste ès racisme, s'interroge sur les causes de cette opinion selon laquelle « il y a trop de personne d'origine étrangère en France ». Tout au contraire, il s'insurge contre une étude que va mener l'Ined sur l'intégration des Marocains et Turcs de seconde génération, hurlant à la « racialisation », de même qu'il a condamné une étude des Renseignement Généraux sur l'origine des chefs de bandes de banlieues. Il ne faut pourtant pas être sociologue pour savoir que si les Français pensent qu'il y a « trop d'étrangers », ce n'est pas par « racisme », mais parce que les étrangers ou leurs enfants, en particulier d'origine musulmane, sont sur-représentés dans les actes de délinquance ou le refus de s'intégrer à la société d'accueil.

Les Français, victimes de l'immigration incontrôlée et de la non-intégration de certaines populations immigrées, sont globalement « coupables » de « racisme » aux yeux du Mrap, alors qu'ils ne font que réagir à un racisme anti-Français ou anti-blanc. Nous avons donc la même escroquerie intellectuelle que pour le 11 septembre : inversion des victimes et des coupables, accusation raciste infondée contre un peuple, et, en corollaire, chape de plomb sur les causes idéologiques et sociologiques des problèmes.

Comble d'ironie, à propos de la future enquête de l'Ined, le Mrap affirme : « L'interprétation ethnique, se substituant à une analyse sociale, présente le danger de racialiser certaines données ». Outre le fait que personne n'a parlé de « races » ou d'« ethnies » à propos de cette étude qui porte sur des origines nationales, on peut sourire quand le Mrap parle d'« analyse sociale » alors que tous ses discours sont basés sur l'idéologie et les dogmes, et jamais sur aucune étude sociologique.

Recherches interdites aux non-islamogauchistes

On retrouve la même escroquerie chez des « sociologues » patentés comme Vincent Geisser ou Laurent Mucchielli, payés par NOS impôts pour diffuser leur propagande islamogauchiste : des tas de livres et de conférences, et AUCUNE étude statistique ou factuelle, sinon de rares témoignages choisis « pro domo » et évidemment à sens unique. Mais le rapport de Gérard Kerforn du Mrap sur le « racisme sur Internet » était du même acabit : l'auteur recensait une trentaine de sites critiquant l'islam comme « racistes » selon des critères tout à fait subjectifs voire mensongers, tandis qu'il faisait l'impasse sur les centaines de sites islamistes de langue française.

Tous ces gens font donc passer leur idéologie et leurs fantasmes pour des travaux scientifiques. Mais cela ne leur suffit pas : ils veulent censurer les vrais chercheurs. Le Mrap veut tout simplement interdire toute analyse factorielle sur les problèmes sociaux qui concernent son fond de commerce : les immigrés et l'islam. Selon les dépêches sur cette enquête de l'Ined, « Le Mrap, tout en reconnaissant "la nécessité d'améliorer l'évaluation des discriminations", estime que la priorité actuelle est "l'éradication" des discriminations au quotidien. » Or comment « éradiquer » les discriminations si on ne les « évalue » pas au préalable, et comme les « évaluer » sans les étudier sociologiquement, c'est-à-dire par des analyses sérieuses sur les corrélations et les causes ?

On a là l'exemple typique de l'application de la police de la pensée : la seule opinion autorisée par le Mrap est la sienne (d'ailleurs il veut « mettre hors d'état de nuire » des sites contestataires), et cette opinion est basée sur une idéologie, sur du racisme, sur des dénis de réalité, sur l'inversion des victimes et des coupables.

La faucille et le Coran

« Monsieur Mouloud Aounit, nous ne sommes ni en URSS ni en Arabie Saoudite », répondait en substance France-Echos à la fatwa du Mrap concernant notre site internet. Effectivement, les quelques exemples de déclarations du Mrap que nous avons commentées montre une similitude avec les méthodes des régimes totalitaires communistes ou islamistes. Le dogme, même démenti par les faits, tient lieu de vérité officielle : il n'y pas plus de goulags en URSS que de cause islamique au 11 septembre ou aux problèmes d'intégration des musulmans en France. Celui qui pense autrement est un délinquant ou un fou : le capitaliste américain (aujourd'hui appelé impérialiste), le raciste français, le Juif comparé aux singes et aux porcs dans le Coran, l'islamophobe qui énonce des vérités exégétiques et historiques, les philosophes Averroès ou Finkielkraut. Savez-vous que l'Arabie Saoudite interdit toute recherche archéologique sur son sol de peur de voir des dogmes musulmans voler en éclat ?

Il n'est pas étonnant que le Mrap, allié du communisme aux 100 millions de morts et des islamistes (et désormais des terroristes pro-Hezbollah) utilisent les méthodes de ses mentors : le « négationnisme » (au sens littéral) de la vérité, la diabolisation et l'agression contre les contradicteurs, le racisme contre les peuples victimes, et l'interdiction de toute recherche scientifique hérétique.

Pour un mouvement qui se prétend « contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples », c'est tout simplement de la crapulerie intellectuelle.

(1) http://www.mrap.asso.fr/communiques/racisme_net/view

(2) http://www.mrap.asso.fr/communiques/negationniste_iran/view

(3) http://www.france-echos.com/actualite.php ?cle=10027

(4)http://membres.lycos.fr/ifw/mrap/rapport.pdf ;lesautresrapports anti-Mrap sont téléchargeables ici : http://membres.lycos.fr/ifw/mrap/

(5) http://www.mrap-nord.org/article3.php3 ?id_article=109


Bravo votre réponse au MRAP est un chef d'oeuvre, continuez, qui aujourd'hui dénonce ces enragés, ils sont peu nombreux, pas les médias en tout cas, aux ordres du pouvoir, d'ailleurs du jour au lendemain plus personne ne parle plus du prophète et des dessins, comme cela est curieux ?

Enfin je rappelle que la France est en guerre à Kaboul contre les islamistes, et au Liban le Hezbollah a tué de nombreux paras, mes frères de combat.

Daniel


Bravo et encore BRAVO

Paris le 4 septembre 2006

Chère magnifique équipe,

Cela fait tellement longtemps que je souhaitais vous féliciter pour votre site, pour son sérieux, pour l'excellence de ses argumentations, pour sa magnifique orthographe (eh oui c'est bien plus important qu'on ne le croit car très significatif), bref pour la justesse de son combat.

Je vous écrirai plus longuement une autre fois mais suite à la ''plainte'' du piètre clown je voulais faire part de mon soutien pour toujours.

Ah oui un souhait : il serait très important de TOUJOURS représenter le Petit Père -etc.- avec un nez rouge sur son visage car, d'une part, ça le situe immédiatement, et d'autre part -à mon avis la meilleure raison !- ça doit le faire bouillir ! Je l'imagine en ouvrant votre site -déjà fou furieux- tombant sur son nez rouge de Petit Piètre Clown -etc.- et découvrant un nouvel argumentaire écrit dans un français impeccable avec seulement de bons arguments le rabaissant dans la poussière de son pauvre cirque délabré... Oh quel plaisir de l'imaginer ! !

N'arrêtez jamais, continuez votre juste combat et l'an prochain la récompense sera au bout du - difficile- chemin.

Veuillez croire, chère équipe, à l'expression de ma profonde admiration et de mes sentiments les plus sincères.

Bernard

Ps : rappelez sans cesse la lecture de EURABIA de Bat YE'OR : tout y est.



Le MRAP en quelques questions, K. Jbil & A. Feigenbaum

Tribune parue dans France Soir du 17 février 2004

Un rapport sur "les liaisons dangereuses du Mrap " (Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples) vient de paraître. C'est le fruit du travail de chercheurs indépendants, réunis en un Collectif Contre TOUS les Racismes (ccTr), très inquiets face à des dérives du Mrap. Ce rapport fait écho aux inquiétudes des militants du Mrap, qui ne comprennent plus les orientations de leur direction actuelle. Des militants ne comprennent pas que le secrétaire général du Mrap "fasse tribune et combat communs" avec le prêcheur islamiste Tariq Ramadan, comme l'indique Claude Askolovitch, dans le Nouvel Observateur du 8 janvier 2004. Un manifeste Contre TOUS les Racismes est accessible sur les sites internet de trois associations, et tous les citoyens peuvent le signer.

Le Mrap : des alliances avec des racistes notoires et des liens internet douteux

Depuis plusieurs années, certains partenaires du MRAP sont des extrémistes islamistes racistes, révisionnistes et antijuifs tellement notoires, que le Mrap lui-même a dû finir par les dénoncer : hier, Garaudy, Skandrani, Sfar, Mathlouti, aujourd'hui, Tariq Ramadan et Abdallah. Le rapport du ccTr cite nombre de manifestations, de pétitions, d'appels communs du Mrap avec ces individus. Il ne faut pas s'étonner si ces manifestations communes débordent vers l'antisémitisme ou sont suivies d'agressions anti-juives. Le rapport montre aussi que des communiqués du Mrap présentent des analogies frappantes avec ceux de ces extrémistes, au point que ceux-ci reprennent sur leurs propres sites ces communiqués du Mrap ! Ceci est inacceptable de la part d'une association antiraciste considérée comme une référence morale.

Qui a créé, qui utilise le mot "islamophobie", et dans quel but ?

Le concept d'islamophobie a été créé en Iran pour en accuser les femmes musulmanes refusant de porter le voile. Il a ensuite été utilisé par les mollahs contre Salman Rushdie. Il a été répandu en France par Tariq Ramadan. Aujourd'hui, des dirigeants du MRAP l'utilisent contre ceux qui critiquent l'islam et les islamistes et contre ceux qui défendent la laïcité. Ainsi, ils présentent les islamistes comme les victimes (de la laïcité). Comme le dit Eric Conan dans 'Express, la notion d'islamophobie est un vocable islamiste destiné à faire passer la laïcité pour du racisme. C'est un outil propagandiste des courants islamistes.

L'antiracisme sélectif du Mrap

Le rôle d'une organisation antiraciste est de qualifier le délit raciste, de désigner l'agresseur et d'être solidaire des victimes. Or, le Mrap minimise des agressions anti-juives d'une gravité inouïe (lynchages de Juifs, attaques de synagogues et d'écoles, terreur sur des enfants juifs au point qu'ils doivent changer d'établissement), et retourne les accusations contre les victimes. Quand il s'agit d'actes racistes anti-juifs commis par des jeunes issus de l'immigration, le MRAP publie des communiqués qui sont des chefs-d'oeuvre de double langage : d'abord il condamne l'agression ou l'attentat, puis il cherche un autre responsable que le responsable réel, et enfin il rend responsables de ces actes anti-juifs les Juifs eux-mêmes, ou bien Israël. Ce double langage condamne l'antisémitisme sans en qualifier les auteurs et en minimise la gravité. Le rapport du ccTr révèle ce double langage et cet antiracisme sélectif inacceptables.

Dans une seconde partie du rapport, à paraître, on verra que le Mrap néglige de nombreux actes racistes, pour peu que leurs auteurs soient arabo-musulmans.

Le Mrap cautionne le combat pour le voile

Mais que diable le MRAP va-t-il faire dans cette galère ? En quoi est-ce du racisme que de demander aux enfants musulmans du collège d'Aubervilliers d'appliquer la loi de la République ? Est-ce le rôle d'un mouvement antiraciste que d'aller s'opposer aux enseignants qui la font respecter ? Est-ce de "l'amitié entre les peuples" que de demander à de jeunes Françaises de refuser les lois de la République ? En réalité, le MRAP sort de son rôle et engage sa caution "morale" pour soutenir les islamistes.

Le Mrap instrumentalise le conflit du Proche-Orient

Comme les islamistes (qui cherchent à communautariser les Musulmans de France), le Mrap fait du conflit du Proche-Orient un thème privilégié d'action ou d'argumentation, avec des positions et des alliances inconditionnellement anti-israéliennes. Est-ce là le rôle d'un mouvement censé ¦uvrer, en France, à l'amitié entre les peuples ? Le rapport du ccTr révèle des similitudes d'argumentaires du Mrap et de courants islamistes au sujet des terroristes qui massacrent des civils du peuple israélien au Proche-Orient ; on retrouve les mêmes complaisances pour les agressions antijuives en France. Le rapport du ccTr présente de nombreux communiqués du Mrap, des captures d'écran sur Internet, révélatrices de cette orientation. La page intitulée "Palestine" (et non "Proche-Orient", ou "Israël-Palestine") renvoie, à une exception près, vers des sites radicalement anti-Israéliens, prônant le boycott du peuple israélien, et souvent ne dissimulant même pas leurs sympathies pour le mouvement terroriste Hamas. Et ces sites renvoient directement à certains sites encore plus haineux, proches de mouvements terroristes.

La réaction de Mouloud Aounit

M. Aounit a réagi, dans France Soir du 6 février. C'est la réponse d'un homme qui se sait dévoilé. Nous aurions aimé un débat d'idées, nous aurions aimé que le Mrap redevienne le Mrap, en qui les Français auraient à nouveau confiance. Hélas, M. Aounit répond sur la forme, avec des mots passionnels, parce qu'il n'a rien à répondre sur le fond. Le rapport du ccTr démontre, en effet, que des dirigeants du Mrap cautionnent, de tout leur poids, "moral" la propagande islamiste en France.

Le manifeste contre TOUS les racismes est accessible sur les sites du Mouvement des Maghrébins Laïques de France, de Communauté-on-Line et de Primo Europe.

© France Soir

Article signalé par Pierre


Ridicule MRAP

Bonjour,

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt vos articles concernant l'attitude scandaleuse et diffamatoire du MRAP. Ils n'ont vraiment pas peur du ridicule.

Islamophobie = racisme selon eux ? Réfléchissons deux secondes.

Dans la mesure où aujourd'hui l'appel à la Résistance dit que "la peur doit changer de camp", donc autant en finir avec ce stupide mot de phobie pour choisir le radical latin signifiant plus simplement l'inverse des choses, à savoir "anti". Dans ce cas, la parade serait d'utiliser le terme d'anti-islamo-idéologie. Je sais, c'est un peu long mais déjà, cela retire l'aspect "crainte" ou "terreur" de l'islam même si cette idéologie pousse ses aficionados à l'insitituer dans notre civilisation. Ou alors, on peut faire plus court en invoquant l'anti-islamisme tout simplement puisqu'il s'agit de combattre une idéologie raciste et meurtrière.

Après tout, on ne dit pas "sionophobie" pour "antisionisme" ou "sémitophobie" pour "antisémitisme". Ah oui, c'est vrai, on dit "judéophobie" mais aussi "homophobie" (un peu d'humour : C'est fou ce que le judaïsme et l'homosexualité peuvent inspirer comme terreur sur la planète ! ! ! C'est vrai que dans les gay-prides on appelle à l'extermination des hétéro le bras tendu, c'est vrai que dans les manifs sionistes, on appelle à l'anéantissement de la "nation" arabo-musulmane C'est vrai hein ? hein ? Ah non ? bon).

Si "la peur doit changer de camp", alors que les islamo-fascistes adoptent désormais le terme de "occidentophobie", ce serait enfin une véritable remise des pendules à l'heure.

Cordialement,

Oxydant


Soutien

Je vous apporte tout mon soutien après le dépôt de plainte à votre encontre de la part de l'officine de propagande islamiste qu'est devenu le MRAP.

Avec mes meilleures salutations,

Jean-Loup


Soutien France-Echos

Cher rédaction,

Alors ça y est la confrontation commence. Les islamogauchistes tentent de faire taire les voix de la résistance.

Et bien sachez que je vous soutiens à 1000 % et je tiens à réaffirmer que notre combat et juste, honnête, courageux et lucide.

Si parfois les articles peuvent paraître acides - ce ne sont que les écrits de victimes ou de Français vigilants qui veulent tirer la sonnette d'alarme. Le danger existe !

Que le MRAP caricature la pensée de France-Echos, qu'il le diabolise, ce n'est qu'une falsification de plus. Une diabolisation contre les voix qui s'élèvent pour la liberté et l'identité d'une France juste.

Je soutiens votre courage.

Ruben


Mrapophobe

Bonjour

La mrapophobie serait-elle une forme de racisme ?

En tous cas je vous manifeste mon soutien contre le MRAP, antenne « française » du politburo stalino-nazislamiste. Je compte faire un papier dans Liberty Vox.

Résistons !

André Dufour

NDLR : Vous ne croyez pas si bien dire, André ! Dans le « rapport » bidonné du Mrap sur « Le Racisme sur Internet », on trouve cité comme « raciste » le site humoristique (aujourd'hui disparu) de « l'Association des Mouloudophobes de France », qui n'avait rien ni de raciste ni d'islamophobe, mais dont le seul objet était de se moquer de… Mouloud Aounit. Quel crime de lèse-Petit Prophète des Peuples !

Imprimez cet article (recto-verso) et envoyez-le à la fédération du MRAP la plus proche de chez vous afin qu'ils sachent que la propagande manipulatoire des MRAPistes ne trompe plus personne ! Vous pouvez éventuellement y joindre un tract de présentation de l'islam.

Francis Percy Blake
blake@france-echos.com
 Imprimez cet article et utilisez-le dans une opération SITA

Retour aux archives