Terrorisme intellectuel Muslims light : négationite & métakiases

Islam des caves et islam des mosquées : foutage de gueule ou noyage de poissons ?

L'un des arguments des élus qui financent le culte musulman avec l'argent public, comme par exemple le maire de Toulouse, est le suivant : il vaut mieux des mosquées où les musulmans respectent l'ordre républicain que des lieux de prières incontrôlés dans des caves. Cet argument est non fondé, contredit par les faits, et de toute façon légalement irrecevable.

Par exemple, dans sa réponse à une internaute, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, écrit :

« Pour ma part, je trouve normal que la Communauté Musulmane à l'image des autres communautés religieuses dispose de lieux de culte décents. Je ne pense pas que laisser faire "l'Islam des caves", sorte d'Islam clandestin, soit une bonne chose. En laissant faire cela, on favorise l'extrémisme et l'islamisme. Je préfère qu'il y ait des mosquées respectant les lois de la République Française, financées intégralement par les fidèles.

En tout cas c'est ce que, avec le Conseil Municipal, j'ai décidé pour les deux quartiers de Toulouse qui sont concernés, Empalot et Bellefontaine qui sont effectivement des quartiers où vivent beaucoup de Musulmans. »

Evidemment, Monsieur Moudenc ne répond nullement à la question principale de son interlocutrice : pourquoi la Mairie de Toulouse finance le culte musulman en vendant à des prix complètement dérisoires des terrains publics à des associations musulmanes pour qu'elles y construisent des mosquées, qui ne sont par conséquent pas du tout « financées intégralement par les fidèles » ?

Mais revenons à l'argument de l'« islam des caves ». Monsieur Moudenc dit que celui-ci « favorise l'extrémisme et l'islamisme ». Soit. Mais en quoi cela lui donne le droit de gérer le culte musulman en « décidant pour les deux quartiers de Toulouse qui sont concernés, Empalot et Bellefontaine » ? Le fait qu'il y a des activités illégales ou séditieuses dans des caves n'autorise nullement un élu de la République à s'occuper du culte musulman, et à« décider » quoi que ce soit en faveur des musulmans, surtout à coup de financement public déguisé !

C'est tout de même un peu fort : parce que des musulmans menaceraient l'ordre républicain dans « des caves », le contribuable laïque devrait leur financer des mosquées. Quelle prime au chantage et à la délinquance ! Ces mosquées partiellement financées par la Mairie de Toulouse, qui les fréquentera, sinon les mêmes musulmans que ceux qui priaient dans « les caves » ? Car Monsieur Moudenc nous explique bien qu'IL « préfère » des « mosquées respectant les lois de la République Française » à ces « caves ». C'est donc bien pour que les musulmans ne prient plus dans ces « caves » dont il nous explique les dangers, mais dans des « mosquées » dont au moins le terrain a été financé par tous les Toulousains.

Par quel opération du Saint Esprit laïco-islamique les musulmans des « caves » abandonneraient « l'extrémisme et l'islamisme » en ayant des mosquées plus spacieuses et plus confortables, qui soudainement « respecteraient les lois de la République » ? Ce sont les mêmes musulmans, et parmi eux les mêmes « extrémistes et islamistes » ! Et ceux-ci n'ont pas plus de raison de « respecter les lois de la République » dans le cadre d'une grande mosquée que dans celui d'une cave. Au contraire, ils auront plus de conforts et de moyens pour agir.

Si un imam ou un fidèle dit qu'il faut battre sa femme, faire le jihad, s'en prendre aux Juifs comme il le lit dans son Coran, alors pourquoi changerait-il d'avis en passant d'une cave à une grande mosquée ? C'est du pur angélisme spéculatif.

D'ailleurs l'actualité contredit totalement Jean-Luc Moudenc : à Londres comme à Madrid, les terroristes fréquentaient des mosquées « respectables », dont les responsables jurent qu'ils « respectent » les lois. A Paris, des réseaux préparant des actions terroristes (les « filières tchétchènes ») fréquentaient la très « respectable » mosquée de la rue de Tanger, à laquelle la Mairie de Paris vient de donner un permis de construire pour son extension. A Lyon, on a découvert des armes chez le trésorier de la Grande Mosquée, moins d'un mois après son inauguration en grandes pompes par Michel Noir maire de Lyon et Charles Pasqua ministre de l'intérieur. A Vénissieux, l'imam Benchellali qui vient d'être expulsé après sa peine de prison pour ses activités terroristes officiait dans une mosquée « officielle » du boulevard des Etats-Unis.

Je cite tous ces quelques exemples de mémoire, mais on peut en trouver d'autres ! D'ailleurs nous allons certainement nous intéresser d'un peu plus près à l'« islam de Toulouse » et de sa région. Nous savons déjà que la fille d'un imam local qui vit avec un « mécréant » et qui attend un enfant de lui n'ose l'avouer à son père, de peur des représailles physiques. (Hé oui, Monsieur Moudenc, ça n'existe pas qu'en Turquie !) Voilà déjà un bel « intégriste », qui par ailleurs demande à son maire un terrain à mosquée, pour sortir de sa « cave ».

Un dernier exemple, rien que Jean-Luc Moudenc qui est de l'UMP. N'a-t-il pas entendu parler de Dhaou Meskine, l'un des fondateurs de l'UOIF (Frères Musulmans « français »), imam de la très respectueuse mosquée de Clichy-sous-Bois où comme chacun sait, il y a eu quelques « incivilités » en novembre 2005, membre à ses heures perdues du mouvement islamiste En-Nahdha (Frères Musulmans tunisiens), président du Conseil des imams de France (bigre !) et fondateur de deux écoles musulmanes - le collège Réussite à Aubervilliers, et la maternelle Omar à Bondy - qui bien entendu « respectent les lois de la République » ?

Dhaou Meskine (à gauche sur la photo), ami d'Eric Raoult, confrère à l'UMP Jean-Luc Moudenc, et encensé par Nicolas Sarkozy, président de l'UMP et ministre de l'intérieur, est aujourd'hui mis en examen pour « financement du terrorisme, non justification de ressources, abus de confiance aggravé par appel au public, le tout en relation avec une entreprise terroriste ». Pas moins, pour un imam qui avait la confiance de Sarkozy, et qui jurait « respecter les lois de la République » et appeler à les respecter.

Face à toutes ces preuves, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, avance-t-il un seul contre-exemple ? Peut-il citer un « extrémiste » ou un « islamiste » ayant trouvé la grâce républicaine dans une mosquée-cathédrale ? Peut-il démontrer, par des faits et non des affirmations gratuites, que la violence urbaine, « l'extrémisme et l'islamisme », l'opposition aux « lois de la République Française », le communautarisme, aient diminué où que ce soit en France par l'implantation de mosquées ? Il semble que ni lui ni les élus qui se comportent comme lui envers l'islam n'ont jamais apporté le moindre élément fondant leurs dires !

Et quand bien même prouveraient-ils ce qu'ils affirment péremptoirement, ce dont ils sont incapables, est-ce le fait que les mosquées comporteraient moins d' « extrémisme et d'islamisme » que « l'islam des caves » ferait diminuer « l'extrémisme et l'islamisme » dans celles-ci ? Si les mosquées sont plus « modérées », alors les extrémistes de l'islam resteront dans leurs « caves », tout simplement, et ne prendront pas le risque de fréquenter des endroits mieux surveillés par la police. Les mosquées ne feraient alors pas plus diminuer « l'islam des caves » que la construction de salles de théâtre ne feraient diminuer les voleurs de scooters.

Et la construction de mosquées produit même les effets inverses que ceux souhaités, puisqu'elles deviennent d'excellent lieux de recrutement, et également de couverture, pour les « extrémistes et islamistes », comme le prouvent nos exemples. Pour revenir à Toulouse, le maire sait-il ce que nous rapportent les riverains de la future (et éventuelle) mosquée d'Empalot ? Le prix du l'immobilier est en chute libre depuis l'annonce de ce voisinage, car les gens craignent justement l'arrivée de fanatiques de l'islam attirées par le lieu de culte à venir. Les riverains non musulmans vendent leurs appartements et leurs villas pour fuir la zone, et à des prix bradés parce que personne ne veut venir auprès d'une mosquée, sauf des musulmans qui achètent ces biens pour une bouchée de pain. On assiste donc à un partitionnement de populations sur base ethnique et religieuse, ce qui ne fait que développer le communautarisme et les risques qui vont avec : « l'extrémisme et l'islamisme ». Voilà ce que nous disent les riverains, sous couvert d'anonymat par peur des représailles. Bravo, Monsieur Moudenc !

Alors non seulement l'argument de « l'islam des caves » et des « mosquées respectant les lois de la République Française » de Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, est parfaitement irrecevable légalement car le maire d'une ville n'a pas plus à gérer qu'à financer le culte musulman, mais il est totalement contredit par les faits et même contre-productif.

Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, ferait mieux de nous expliquer pourquoi sa municipalité a vendu pour des prix totalement dérisoires deux terrains à des associations musulmanes et à des fins cultuelles, au lieu d'utiliser des arguments non fondés, contredits par l'actualité, et qui n'expliquent toujours pas pourquoi il met tant de zèle, en tant qu'élu dans une République laïque, à favoriser et à s'occuper du culte musulman.

Pour le moment, trois explications restent plausibles :
- Soit les élus de Toulouse croient naïvement à la thèse non fondées que leurs racontent les responsables musulmans : la mosquée apporterait la paix civile.
- Soit ils sont à la quête de suffrages musulmans, tout en niant leur financement déguisé pour ne pas perdre des électeurs par ailleurs.
- Soit ils craignent des représailles s'ils ne donnent pas satisfaction aux desiderata des organisations islamiques.

Favoriser la construction de mosquées ne fera en rien diminuer « l'extrémisme et l'islamisme », bien au contraire. Outre les intérêts personnels des élus dans cette politique, il faut tout de même apporter une réponse au fanatisme musulman et son corollaire, le terrorisme.

La réponse, c'est une ex-musulmane qui la donne, pas seulement France-Echos. Je veux parler d'Ayan Hirsi Ali, qui dit : « Le problème, c'est le prophète et le Coran ». Tant que l'islam sera basé sur un « livre saint » appelant à battre les épouses, à faire le jihad, à haïr les Juifs au nom d'un Allah, tant que le guerrier sanguinaire et voleur Mahomet sera le « bel exemple » des musulmans, alors tout retour aux fondamentaux de l'islam, tout islam « intégriste » c'est-à-dire intègre, conforme au Coran et à Mahomet, produiront les problèmes que l'on sait. Là encore, ce n'est pas des racontars, mais ce sont des faits textuels et, hélas, actuels.

Seulement, aucun politicien de l'UMPS n'a le courage de le dire. Alors ils composent, ils font des petits arrangements locaux, et ils menacent les gens qui dévoilent la vérité sur leurs combines et sur l'islam. Accessoirement, ils mentent et ils racontent des fables aux Français. Je n'oserais pas me regarder dans une glace à leur place. Surtout en cette période anniversaire du 11 septembre 2001.


A propos des élus de Toulouse, une internaute nous écrit :

L'affaire des mosquées : Le maire de Toulouse a peur de l'islam !

Cher Cochonne, cher France-Echos,

Merci pour votre magnifique travail de "dévoilement" des monstruosités cachées de l'islam.

Voici la lettre que j'ai rajoutée au petit dossier "l'Affaire du courrier de Toulouse", destinée à Monsieur le Maire Moudenc :

"Monsieur le Maire,

Je me permets d'ajouter un petit commentaire personnel à l'argumentaire inattaquable, des internautes de France-Echos (excellent média d'information libre !).

Monsieur Le Maire vous avez triplement tort :

1. Vous bafouez la loi de 1905 qui sépare l'Etat et le religieux. Vous faites preuve ainsi d'une grande imprudence et négligez la grande sagesse du législateur français de cette époque.

2. Vous affectez de bons sentiments altruistes envers vos musulmans toulousains et en même temps vous ne parvenez pas à masquer une chose très grave devant laquelle vous avez cédé : cette chose très grave est votre PEUR de l'Islam ! Oui Monsieur le maire, vous êtes comme nous, et à juste titre : vous avez PEUR de, je vous cite, « l'extrémisme et l'islamisme » Comment pouvez-vous avoir PEUR des caves de cette soit disant « religion » et nullement d'une cave abritant un temple bouddhiste, ou un dojo zen ?. Je pense que vos mosquées vous ont été IMPOSEES par la PEUR. Peur d'émeutes de quartier, peur d'incivilités et de délinquances, peur de violences aux personnes, peur d' actes de terrorisme ou de sabotage…Monsieur le Maire vous pensez avoir « négocié » la paix civile dans votre petit territoire français en échange de quelques mosquées ! Vous ignorez tout, je pense de l'islam car si vous le connaissiez vous sauriez que vous venez de céder des « territoires » de France, à l'Islam, des territoires qui ne seront plus sous la loi de la République mais sous la loi de la Charia, la seule loi que reconnaissent les religieux musulmans dans l'espace d'une mosquée. Car l'islam est obéissance au Coran et aux lois coraniques : supériorité du musulman sur le non-musulman, supériorité de l'homme sur la femme, devoir de tout musulman de faire le djihad ! L'islam n'a pas de clergé mais des juristes ! Car l'islam est un système politique théocratique aux antipodes de notre propre système démocratique laïc ! Les conséquences de votre acte sont incalculables mais toutes catastrophiques pour la démocratie et la liberté. Il eut mieux valu, Monsieur le Maire, « aider » des associations du style « association des bretons de Toulouse ». Cela donnerait par exemple « l'Association des Marocains de Toulouse », ou l' « Association des Algériens de Toulouse » et cela eut permis le respect des individualités et leur affranchissement de l'influence de la religion, leur laïcisation. Cela eut donné un signal fort à ceux qui « soumettent » leurs femmes au sexisme inacceptable de l'islam. Vous livrez absolument les ressortissants français ou d'origine étrangères de naissance musulmane, à l'influence absolue de la religion. Au sein même des musulmans vous déséquilibrez la balance au profit de la religion. C'est effrayant, ce que vous faites ! Nous avons la chance en France de disposer de cette loi de 1905. Ne jouez pas les Chamberlain ! Le malheur est au bout. Vous en rendrez compte devant l'Histoire. Nos musulmans n'ont nul besoin de mosquées. Ils s'adressent directement à leur dieu. La mosquée est un territoire POLITIQUE, UNIQUEMENT ! Vous prenez une grave responsabilité en cédant à la PEUR. Vous cédez aux branches les plus extrémistes, même si elles se déguisent en agneau pour vous tromper, le temps de vos autorisations. Vous le regretterez plus tard. Vous vous êtes laissé piéger par un discours victimiste bien connu des responsables de l'islam politique et bien loin de la vérité de l'islam théocratie redoutable qui a ravagé et ravage tant de nations.

3. Interrogez votre peur de l'islam et informez-vous au lieu de jeter l'anathème sur ceux qui voient la tornade. Votre tort troisième est bien là. Nous ne faisons que dire la vérité sur l'islam. Et vous le savez que l'islam est une loi mortelle pour le non-musulman. Sinon vous n'auriez pas contorsionné la loi pour leur DONNER leur butin. Vous devez, comme nous, affronter cette réalité terrible, cette théocratie qui se nourrit du sang de ses propres enfants et les obligent à combattre, combattre, toujours combattre l'AUTRE, jusqu'à ce qu'il cède ou soit tué. TOUT LE CORAN EST UNE LITANIE D'IMPRECATIONS A ANEANTIR, PAR TOUS LES MOYENS, L'AUTRE NON-MUSULMAN !

Chouannerie


Merci !

Bonjour à tous,

Je suis une fidèle lectrice de F.E. et je ne peux qu'approuver tout ce vous écrivez, tout ce que vous commentez avec beaucoup de pertinence, d'objectivité. Nous savons que nos médias nous mentent, nous cachent la vérité sur le danger que représente l'islam radical (qui est plus répandu qu'on ne le pense !). Merci à vous tous qui, courageusement malgré les attaques, continuez à nous informer. Evidemment, que ce soit vous, Occidentalis, LibertyVox, coranix.org, etc.. vous dérangez certains, les dhimmis, qui font allégeance envers ces musulmans qui n'ont en tête que leur idéologie envahissante....

Je viens de lire votre texte de ce jour "Islam des caves, Islam des mosquées" concernant cette vente de terrain public, à bas prix, à des associations musulmanes. On ne peut qu'être d'accord avec tout ce que vous écrivez, c'est finement analysé, et je ne vois pas ce que le maire de Toulouse pourrait répliquer mais, bon sang, pauvre France : où en sommes-nous ? Que faisons-nous de Marianne, fière, belle ? Elle est à peu près dans toutes les mairies et, sans aucun doute, dans celle de Toulouse ! Elle est le symbole de la République, elle représente ce qui est le plus sacré pour nous tous, notre Liberté ! Nos ancêtres ont combattu pour que nous l'ayons cette liberté qui est en danger ! Quand comprendrons-nous que nos choix de vie sont menacés par ce totalitarisme qu'est l'islam radical ? Je n'ai pas attendu de voir le film "Obsession" pour me faire une opinion mais que ceux qui ne réalisent pas encore ce que peut être cette pieuvre prennent le temps (1 H.15) de le visionner....

Cordialement à vous tous -

Marie

Francis Percy Blake
blake@france-echos.com

Retour aux archives