Traduction de la page :  Anglais  Espagnol  Allemand  Italien  Néerlandais  Portugais  Français
accueil | qui sommes-nous
contact | agenda
Téléphone Rouge
liens
   Dossiers   
   Régions   
   Services   
   Partenaires   


>>> Téléchargez l'argumentaire anti-islam
et PARTICIPEZ A L'OPERATION NON STOP : SITA (Sensibilisation à l'Islam Tous Azimuts) <<<

Jihad De Tévanian à Perpignan

Allah Akhbar

Il est 15h40 jeudi quand Azziz Ouahma, armé d'un pistolet à barillet de gros calibre, fait irruption dans un bureau de poste à Limay (Yvelines).

Alors que le jeune homme de 25 ans tente, en vain, de se faire remettre de l'argent sous la menace de son arme, le directeur de l'établissement parvient à prévenir la gendarmerie voisine. Azziz Ouahma tire une première fois en direction des gendarmes sans faire de blessé, puis se retranche dans le bâtiment, tenant en respect cinq otages. A l'intérieur, il tire une deuxième fois, sans atteindre personne, avant de provoquer un début d'incendie dans la salle de tri du courrier. Il semble très excité et affirme qu'il n'a "rien à perdre".

Des discussions sont engagées entre les policiers et le preneur d'otage, qui se fait apporter un sandwich par un responsable de la police, puis "s'enferme à nouveau dans sa logique", selon la préfecture. Vers 17h, deux coups de feu sont tirés de l'intérieur à travers les vitres. Le preneur d'otage reste ensuite silencieux, malgré de très nombreux rappels. Deux heures plus tard, à 19h, le Raid, parvenu sur les lieux, décide d'intervenir, après que des otages eurent signalé par portable qu'ils commençaient à être asphyxiés par les fumées d'un incendie allumé par le jeune homme, selon le récit du préfet des Yvelines Christian de Lavernée.

Les policiers pénètrent dans le bureau de poste et se retrouvent face à Ouahma. Il est assis, pistolet à la main, et semble prier. Les forces de l'ordre lui demandent de lâcher son arme et de lever les mains. L'homme refuse et préfère tirer à deux reprises dans leur direction en criant "Allah Akhbar !". Les policiers ripostent, le braqueur tombe... mais il fait feu à nouveau et les policiers tirent une seconde fois, le blessant gravement. Azziz Ouahma décédera quelques instants plus tard à l'hôpital.

Habitant chez ses parents à Limay, commune des Yvelines proche de Mantes-la-Jolie, il était, selon un magistrat, un toxicomane "défavorablement connu des services de police pour vol, voie de fait avec arme et usage de stupéfiants". "C'est dramatique car il y a mort d'homme mais cela aurait pu être tragique", a commenté le préfet des Yvelines. Selon Jean-Michel Desset, procureur adjoint à Versailles, l'intervention policière a été "une démarche salvatrice" puisque les cinq otages sont "sains et saufs". En début de soirée, dès l'annonce de la mort de Ouahma, des jeunes du quartier ont pris à parti la police sans toutefois provoquer d'incident.

Article signalé par Français

 Imprimez cet article et utilisez-le dans une opération SITA

>>> TELEPHONE ROUGE <<<

Tout ça se passe près de chez vous.
Alors vous aussi, vous avez une info à nous faire parvenir.


Cliquez ici

Retour aux archives